DISCOURS DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT LORS DU LANCEMENT OFFICIEL DES DEUX PROJETS PBF à BETROKA

Posted By on 2 juin 2018

Messieurs les Ministres, membres du gouvernement,

Madame le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à Madagascar,

Monsieur l’Ambassadeur d’Allemagne à Madagascar

Madame le Coordonnateur du Secrétariat Technique du Fonds de la Consolidation de la Paix à Madagascar,

Monsieur le Chef de Région Anosy

Monsieur le Préfet de la Région Anosy,

Monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture de la Région Ihorombe

Messieurs les Chefs de District,

Monsieur le Commissaire de Police de Betroka,

Monsieur le Commandant de la Gendarmerie de Betroka,

Monsieur le Commandant de Brigade Interarmes d’Ihosy,

Monsieur le Procureur Général de Betroka,

Monsieur le Président du Tribunal

Mesdames et Messieurs les Directeurs Régionaux

Mesdames et Messieurs les Présidents de la Plateforme Régionale

Messieurs les Maires

Honorable Assistance,

Mesdames, Messieurs

Je tiens à vous souhaiter une cordiale bienvenue en vous exprimant ma profonde gratitude car, en dépit de vos calendriers très chargés, vous avez bien voulu accepter d’honorer votre présence aujourd’hui. Votre venue témoigne l’excellence de notre relation et démontre l’intérêt que vous portez à l’objet de cette cérémonie. Nous sommes réunis ici par le lien du pilier de fondement du développement de notre nation qui est « la Paix », car elle est la base de redressement de la stabilité non seulement politique mais surtout économique et sociale.

Tout d’abord, permettez-moi de vous rappeler les étapes déjà franchies avant d’arriver à notre stade actuel.

Après la déclaration de l’éligibilité de Madagascar à ce Fonds par le Secrétaire Général des Nations Unies suite à la demande de son Excellence Monsieur le Président de la République de Madagascar, lors de son allocution à l’Assemblée Générale à New York en septembre 2014, cette initiative a été placée sous l’égide du Ministère de l’Economie et du Plan du côté de la partie nationale, et du Bureau de Coordination du Système des Nations Unies du côté du Partenaire Technique et Financier.

Un Comité de Pilotage et un Secrétariat Technique ont été mis en place. Plusieurs consultations et ateliers d’identification ainsi que la  priorisation des causes profondes des tensions, des dynamiques et moteur de conflit subséquemment les actions potentielles d’interventions pour le Fonds de Consolidation de la Paix ont été organisés et nous a permis d’établir un document stratégique et d’identifier trois domaines prioritaires notamment la Bonne Gouvernance, le Réforme du Secteur Sécurité, et le Soutien Holistique à la Stabilité et les Dividendes de la Paix dans la Région du Sud.

Mesdames et Messieurs,

Se référant  au Plan de croissance et de transformation qui est la vision de développement de Madagascar à l’horizon 2030 dit « Fisandratana 2030 : une ambition forte pour une nouvelle trajectoire de développement » et qui se base essentiellement sur la transformation du modèle économique de Madagascar dans le cadre des sept secteurs formant le moteur de l’économie malagasy et quatre pôles de développement économiques ; Madagascar entame actuellement le processus de mise en œuvre  de l’exécution du troisième domaine du Plan Prioritaire concernant le Soutien Holistique à la Stabilité et les Dividendes de la Paix dans la Région du Sud et qui est composé de deux projets distincts : (1) le Projet de Renforcement de l’Autorité de l’Etat dans le Sud d’un montant de 2.000.000 USD, et (2) le Projet d’Appui aux Mécanismes Endogènes pour le Dialogue Communautaire et à l’Amélioration des Conditions Economiques des Populations Vulnérables d’un montant de 3.000.000USD.

 

 

Mesdames et Messieurs,

Actuellement, nous entrons dans la phase d’exécution de ces deux projets. Ainsi soit l’objet de cette cérémonie de lancement officiel afin de travailler sur les dites projets, dont les partenaires de mise en œuvre sont le Ministère de la Défense Nationale, Secrétariat d’Etat Chargé de la Gendarmerie, Ministère de la Sécurité Publique, Ministère de la Justice, Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, Ministère de l’Education Nationale, Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions, Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Ministère auprès de la Présidence Chargé de l’Agriculture et de l’Elevage, Ministère des Finances et du Budget, Organisations de la Société Civile, Institutions de Microfinance et les Organisations Non Gouvernementales.

A propos de ces deux projets, le premier projet vise que les forces de l’ordre et notamment la Gendarmerie et les Unités Spéciales Anti-Dahalo (USAD) et plus prochainement les brigades interarmes d’Ihosy disposent des moyens et des capacités en vue de la sécurisation dans la zone d’intervention, tout en respectant les droits humains ; et que les dispositifs de proximité mis en place dans les zones d’intervention rapprochent la population des services publics, administratifs et juridiques. Un projet qui contribue à la réalisation de l’axe « Gouvernance, Etat de Droit, Sécurité, Décentralisation, Démocratie, Solidarité nationale » du Plan National de Développement.

Pour le second projet, il vise le renforcement de la cohésion sociale et à l’adhésion à la paix de la population à travers la promotion de mécanismes endogènes de dialogue communautaire ; et aussi concernant le dividende de la paix, les communautés, les femmes et les jeunes marginalisés sont intégrés dans la dynamique socio-économique et renforcent leur participation dans la prévention des conflits  et à la consolidation de la paix, réduisant ainsi leur vulnérabilité à se faire enrôler dans les groupes Dahalo/Malaso. Un projet qui concourt à la réalisation  de l’axe 4 du PND stipulant « Capital humain adéquat au processus de développement ».

Notons que ces deux projets interviennent dans la Région Anosy, District Betroka au niveau de Huit Communes : Ianabinda, Ivahona, Mahabo, Tsivory, Marotsiraka, Ebelo, Beraketa, Betroka et avec au moins 8000 ménages bénéficiaires

Ainsi, pour bien mener nos efforts, des matériels informatiques, des matériels techniques, des outils de communication, des réhabilitations diverses, des matériels roulants seront  mis à la disposition des responsables respectifs et que nous allons voir ensemble tout à l’heure.

Egalement, il est important de rappeler et préciser que le pays entame actuellement le Troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitation à travers le Ministère de l’Economie et du Plan, par le biais de l’INSTAT, avec l’appui des différents bailleurs. Nous sommes en phase de dénombrement qui a débuté le 18 Mai et qui se terminera le 10 Juin prochain. Le résultat final servira à des politiques de développement à Madagascar. Ainsi, le RGPH 3 constitue la seule source de données pouvant fournir des informations fiables, exhaustives, actualisées et désagrégées au niveau géographique le plus fin notamment selon l’âge, le sexe, et le milieu de résidence sur la population et la condition de vie et de l’habitation. Donc, comme le slogan du Recensement Général de la Population et de l’Habitat  a dit : «  Manandanja ianao sy ny ankohonanao ! Meteza ho isaina ». Cette enquête est indispensable du fait que, par exemple, pour le PBF de connaître toutes les données sur terrain comme le nombre de population, les écoles; au vue d’apporter des solutions bien fondées de la situation du Sud. En fait, le RGPH 3 permettra de renforcer les bases de décentralisation et des unités communautaires de développement au niveau de 22 régions, des 24 préfectures, 117 districts, 1695 communes et environ 18000 fokontany.

Mesdames et Messieurs,

Afin de terminer mon allocution, je tiens à remercier l’engagement du fonds à accompagner Madagascar dans la Consolidation de la paix.

Sur ce, Mesdames, Messieurs, je déclare officiellement le lancement de ces deux projets.