Les activités économiques

Caractéristiques de la population active

  • Niveau d’instruction

Le niveau d’instruction de la population active de la Région Alaotra Mangoro est relativement élevé par rapport à celui de l’ensemble de la population de Madagascar. Ainsi, si la proportion de population active sans instruction au niveau national est de 33 ,3 %, celle dans le Région Alaotra Mangoro est de 23,5 %, soit presque 10 points en moins.

La situation est confirmée par la comparaison des parts de la population active ayant fréquenté seulement les établissements de niveau primaire. Dans la Région Alaotra Mangoro, cette part est de 59,1 %, soit une différence en plus de 7 points de pourcentage par rapport à la part enregistrée au niveau national, laquelle est de 52 %.

Pour ce qui est de la population active ayant un niveau d’instruction secondaire, elle représente 11,9 % de la population active totale pour Madagascar. Pour la Région Alaotra Mangoro, ce pourcentage est de 13,4 %.

Dans la Région Alaotra Mangoro, 4,1 % de la population active dispose de diplôme de BACC au moins ou a fréquenté des établissements d’enseignement supérieur. Pour Madagascar, cette catégorie de population représente seulement 2,8 % de la population active totale.

tableau 68 Répartition par niveau d’instruction de la population active

Unité : effectif

District

Inscrits en 2nde (2008-2009)

Inscrits lycée (2007-2008)

Pourcentage redoublants (2007-2008)

Candidats au BACC 2008

Taux de réussite BACC 2008

Moramanga

30

131

17,5

46

15,2

Ensemble de la région

30

131

17,5

46

15,2

Source : INSTAT/DSM/EPM2010

  • Répartition de la population active dans les différents secteurs d’activité

Les secteurs d’activité professionnelle de la population active et faisant l’objet de cette section sont :
cadres/techniciens/Direction ;

  • employé ;
  • vente et service ;
  • manuel qualifié ;
  • manuel non qualifié ;
  • agriculture.

La proportion non inscrite dans ces secteurs est intégrée dans la rubrique « manquant », l’ensemble devant totaliser 100 %.

Proportion de femmes occupées dans les différents secteurs d’activité à Alaotra Mangoro
Les femmes occupées dans la Région Alaotra Mangoro sur un échantillon de 808 individus, représentent 5,5 % de celles pour l’ensemble de Madagascar. Elles sont pour la plupart occupées dans l’agriculture (69,6 %), comme celles de Madagascar (72,7 %). Le secteur d’activité occupant le moins les femmes actives dans la région est la catégorie « employé » dans le mesure où une femme sur 1 000 seulement y exerce ce métier. Le second secteur d’activité exercé par les femmes occupées dans la région est celui de la vente et service. En effet, presque 18 % des femmes occupées de la Région Alaotra Mangoro travaillent dans ce secteur, si cet indicateur est de 12,2 %pour l’ensemble du pays.

tableau 69 Proportion de femmes occupées dans les différents secteurs d’activité à Alaotra Mangoro

Unité : %

Caractéristique sociodémographique

Cadre/ technicien/ direction

Employé

Vente et services

Manuel qualifié

Manuel non qualifié

Agriculture

Manquant

Total

Effectif de femmes

Alaotra Mangoro

3,2

0,1

17,9

6,0

2,9

69,6

0,4

100,0

808

Ensemble

3,5

0,5

12,2

6,0

4,6

72,7

0,4

100,0

14 623

Source: EDSMD-IV Madagascar 2008-2009

Proportion d’hommes occupés dans les différents secteurs d’activité à Alaotra Mangoro
Le premier secteur d’activité qui occupe la majorité des hommes de la Région Alaotra Mangoro reste l’Agriculture, comme c’est le cas pour les femmes occupées de la région, mais à un degré relativement plus important. Ainsi si 69,6 % des femmes occupées exercent dans ce secteur, 73,7 % des hommes âgés de 15 à 49 ans en sont concernés à Alaotra Mangoro. Cette proportion diminue de près de 2 points de pourcentage pour les hommes âgés de 50 à 59 ans. L’activité la moins prisée par les hommes est, comme le cas des femmes, le métier d’employé qui n’est exercé que par 0,5 % d’hommes âgés de 15 à 49 ans et 1,5 % de ceux âgés de 50 à 59 ans.

tableau 70 Proportion d’hommes occupés dans les différents secteurs d’activité à Alaotra Mangoro

Unité :%

Caractéristique sociodémographique

Cadre/ technicien/ direction

Employé

Vente et services

Manuel qualifié

Manuel non qualifié

Agriculture

Manquant

Total

Effectif de femmes

Alaotra Mangoro

3,9

1,5

7,3

8,3

3,4

75,5

0,1

100,0

417

Ensemble 15-49

4,5

0,5

6,6

11,2

3,1

73,7

0,4

100,0

6 766

Hommes 50-59

9,2

1,5

6,4

9,3

1,6

71,6

0,4

100,0

926

Ensemble Hommes 15-59

5,0

0,6

6,6

10,9

2,9

73,5

0,4

100,0

7 693

Source: EDSMD-IV Madagascar 2008-2009

  • Niveau de salaire des femmes comparé à celui gagné par les maris

Une grande proportion, de l’ordre de 86,7 %, des femmes malgaches gagnent moins et à peu près le même salaire que leur mari/partenaire. Cette proportion est parfaitement identique à celle d’Alaotra Mangoro. Seulement, le pourcentage des femmes qui gagnent plus que leur mari/partenaire est nettement supérieur à celui du niveau national, avec des valeurs successives de 11,1 % et 8,1 %.

tableau 71 Revenu gagné par les femmes comparé à celui gagné par leurs maris

Unité : %

Région

Plus

Moins

A peu près le même

Mari/partenaire n’a pas de revenu

Ne sait pas/ manquant

Total

Alaotra Mangoro

11,1

62,2

24,5

0,7

1,4

100

Madagascar

8,1

47,6

39,1

1,2

4,1

100

Source: EDSMD- IV Madagascar 2008- 2009

  • Contrôle du revenu des femmes

Par rapport à l’ensemble de Madagascar les femmes de la Région Alaotra Mangoro sont plus favorisées en ce qui concerne le contrôle de leur propre revenu. En effet, 42,2 % d’entre elles décident de l’utilisation de leur revenu, tandis que pour le pays, cette proportion est de 32,6 %. Si au niveau national, la gestion conjointe du revenu de la femme avec le mari ou le partenaire est la plus fréquente pour 62,9 % des femmes, cette proportion est moindre à Alaotra Mangoro avec un taux de 55 %. Il en est de même pour le contrôle principalement par le mari ou le partenaire du revenu de la femme : 2,8 % des femmes en sont concernées à Alaotra Mangoro, contre 3,8 % au niveau national.

tableau 72 Contrôle de revenu des femmes par rapport à ceux de son mari

Unité :%

 

Principalement la femme

Mari/

partenaire et femme ensemble

Principalement le mari

partenaire

Autre

Manquant

Total

Alaotra Mangoro

42,2

55,0

2,8

0,0

0,0

100,0

Madagascar

32,6

62,9

3,8

0,3

0,5

100,0

Source : INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

Les infrastructures économiques

Les infrastructures économiques constituent des facteurs de développement pour un pays donné.
La présente partie traitera des aspects suivants :

  • infrastructures routières ;
  • réseau électrique ;
  • poste et télécommunication.

Infrastructures routières

  • Accessibilité

L’accessibilité aux communes est difficile dans la mesure où près de 81 % des communes de la région sont situées à plus de 11 km du chef-lieu de district le plus proche. En moyenne, 59,5 % des communes sont accessibles en voiture légère pendant toute l’année. Cependant, 11,4 % des communes restent non accessibles ni en voiture 4×4 ni en camion. La population de 11,4 % des communes vont à pieds pour se rendre dans le chef-lieu de district. Le taux desserte régulière des communes par des taxis brousse est de 59,5 %. Une proportion de 79 % des communes de la région ne disposent pas de station d’essence.

tableau 73 Accessibilité des communes

Unité : %

Distance chef-lieu de commune par rapport au chef-lieu de district

Moins de 1km

6,33

1-5 km

6,33

6-10 km

6,33

11 km et +

81,01

Accessibilité chef-lieu de commune en voiture légère

En permanence

59,49

Uniquement en période sèche

20,25

Non

20,25

Moyen de transport utilisé (camion, 4×4, tracteur)

En permanence

22,78

Uniquement en période sèche

13,92

Non

11,39

Manquant

51,9

Moyen utilisé pour se rendre dans les communes non accessibles en voiture

A pieds

11,39

A bicyclette

5,06

Voie ferroviaire

1,27

Manquant

82,28

Durée du trajet

Moins de 1 h

8,86

1 – 3 h

15,19

3h – 1/2 journée

7,59

1/2 jour à 1 journée

15,19

Plus d’1 journée

1,27

Manquant

51,9

Desserte régulière de la commune par une ligne de transport en commun

Oui

59,49

Non

40,51

  • Réseau routier

Le réseau routier de la Région Alaotra Mangoro mesure au total 1 526,6 km, dont 283,600 km, soit 18,6 %, sont bitumées. Les 81,8 % restants sont en terre. 1 151,7 km sont accessibles 12/12 mois.
Pour les ouvrages de franchissements les plus importants, on recensé dans la région : 5 ponts semi-défini, 8 ponts Bailey, 40 ponts en béton armé, et 7 ponts métalliques. La majorité se trouve dans le district d’Ambatondrazaka.

tableau 74 Inventaire de réseaux routiers

Unité : effectif

District

Butimé (km)

Terre (km)

Accessibilité (mois)

Ouvrage de franchissement

Ambatondrazaka

RN 44 et RN 3A : 37.600

RN 44 et RN 3A

 

5Pt Semi-définit

4Pt Bailey

22Pt Béton Armé

3Pt Métalliques

RN44 = Ambatondrazaka à Vohidiala : 25

Ambohimena à Andromba :

95 500 .

12/12

RN 3A = Vohidiala à Sahabe : 12 600

Route de dessertes :

100.9

64.8

 

12/12

8/12

Amparafaravola

RN 3A :102

RN 44 et RN 3A

220

140

12/12

12/12

07/12

PBA = 16

Pt Métallique = 3

Andilamena

 

RN 3A

46

N.C.

22

170

 

12/12

 

12/12

06/12

12 PSD

1PBA

 

4 P.B

 

Anosibe An’Ala

 

71

89

220

12/12

5/12

A pieds

 

Moramanga

RN2 – RN44

144

 

RN 44 RIP RNC

261

RNC :

124

 

12/12

12/12

6/12

 

 

BA + PSD +

PM + PBA

Région

283 600

1 242.9

1 151.7 = 12/12

 

Source : DRE Alaotra Mangoro : Monographies des 5 Districts de la Région Alaotra-Mangoro 2010

  • Barrière de pluies

Selon le document sur les monographies des 5 districts de la Région Alaotra Mangoro élaboré par la Direction Régionale de l’Economie d’Alaotra Mangoro, on recense 12 agents de barrière de pluies dans le district d’Ambatondrazaka. La moitié de ces agents se trouvent sur la RN 44 et l’autre moitié sur la RN 3.

tableau 75 Inventaire de barrières de pluie

Unité : effectif

Axe

Localisation

Nombre Agents

RN 44

Vohidiala

2

Fierenana

2

Ranofotsy

2

Andranokobaka

2

Ambohimena

2

Andaingo

2

RN 3A

Vohitraivo

2

Anony

2

Ankorefo

2

Befoza

2

Maromandia

2

Andilamena

2

  • Eau et électricité

L’eau et l’électricité sont non seulement des facteurs de production très importants dans les activités économiques, mais également des éléments indispensables dans la vie et le bien–être de la population. Le développement du secteur industriel, notamment celui des branches agro-industrie nécessite une quantité suffisante d’électricité et d’eau. La santé de la population dépend en partie de son accès à l’eau potable ou du moins à l’eau protégée.

  • Electricité

Accès
Près de 76 % des communes n’ont pas accès aux réseaux électriques dans la Région Alaotra Mangoro. Le principal fournisseur d’électricité de la région reste la JIRAMA qui dessert plus de 17,7 % des communes. Il existe quand même une frange de communes (5 %) qui sont servies par de fournisseurs d’électricité autres que JIRAMA. La proportion de communes de la région couverte entièrement par la JIRAMA est de 2,5 %. 16,5 % n’en sont couvertes que partiellement. 22,8 % de communes ont fait parvenir des informations sur la principale source d’électricité dans leur commune. Ainsi, 15,2 % de l’ensemble des communes utiliseraient de l’électricité d’origine hydraulique. Celle-ci est de source thermique pour 7, 6 % des communes.
A noter l’existence du réseau de l’Agence de développement de l’électrification rurale (ADER) dans la région pour pallier à ce faible taux de couverture de la JIRAMA.

tableau 76 Source d’énergie dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : % des communes

Existence de réseau électrique

JIRAMA uniquement

17,72

JIRAMA et autres

1,27

Fournisseurs autres que JIRAMA

5,06

Non

75,95

Zone couverte par le réseau JIRAMA»

Toute la commune

2,53

Une partie de la commune

16,46

Manquant

81,01

Principale source de production d’électricité dans la commune

Hydraulique

15,19

Thermique

7,59

Manquant

77,22

Puissance installée/fournie
La puissance fournie par les installations de la JIRAMA est de 149 421 KWh au total pour la Région Alaotra Mangoro. Amparafaravola. 71,6 % de celle-ci est fournie aux communes du district d’Amparafaravola. La puissance installée par la JIRAMA pour le district d’Anosibe An’Ala ne représente que 0,1 % de celle de l’ensemble de la région.

tableau 77 puissance installée de la JIRAMA dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : kWh

District

Puissance installée

Ambatondrazaka

657

Amaparafaravola

107 000

Andilamena

40 000

Anosibe an’ala

132

Moramanga

1 632

Total

149 421

Production
La production annuelle d’électricité dans la Région Alaotra Mangoro est de près de 53 Millions de KW. Elle est fournie par 8 centrales électriques de diverses capacité de production, dont au moins une dans chaque districts. Celui d’Ambatondrazaka en dispose 3 et on en trouve 2 à Amparafaravola.

tableau 78 Production annuelle d’électricité dans la Région Alaotra Mangoro en 2009

Unité : Kw et Kwh

District

Localité

Infrastructure

Capacité de Production

(Kw)

Production annuelle

(Kwh)

Ambatondrazaka

Ambatondrazaka

Centrale Thermique

1 425

4 420 085

CAT GR n°3406

292

 

Total

1 717

44 200 425

Manakambahiny Ouest

Centrale Thermique

12,5

147 355

Amparafaravola

Amparafaravola

Centrale Thermique

448

547 478

Tanambe

Centrale Thermique

480

555 902

Andilamena

Andilamena

Centrale Thermique

56

 

Moramanga

Mandraka

Centrale Thermique

4MVA

7 277 184

Anosibe An’Ala

Anosibe An’Ala

Centrale Thermique

105

174 702

Source : DRE Alaotra Mangoro : Monographie Régionale Alaotra Mangoro, année 2010.

Consommation
En ce qui concerne la consommation d’électricité, la région compte au total 12 995 abonnés, dont 41,1 % dans le district d’Ambatondrazaka et 36 % dans le district de Moramanga. Les abonnés
d’Anosibe An’Ala ne représentent que 3,4 % des abonnés de l’ensemble de la région. La consommation d’électricité de la région en 2009 est de 4 429 790 KWH, dont 85,8 % par le district d’Ambatondrazaka. La consommation d’Anosibe An’Ala n’en représente que 0,3 %.

tableau 79 Consommation d’électricité dans la Région Alaotra Mangoro en 2009

Unité : kWh et effectif

District

Consommation

Liste des abonnés

Ambatondrazaka

3 802 790

5 338

Amparafaravola

96 000

1 631

Andilamena

38 000

896

Anosibe an’ala

13 000

447

Moramanga

480 000

4 683

Total

4 429 790

12 995

  • Eau

Capacité fournie/consommée
Les données structurelles ne sont pas exhaustives pour tous les districts. Toutefois pour Ambatondrazaka, La capacité fournie par la JIRAMA est de 876 000 m3 en 2009, représentant 98,7 % de l’ensemble de ceux qui ont communiqué leurs informations y afférentes. Concernant la consommation en eau de ce district, elle s’élève à 650 000 m3, soit 94,1 % de celle des districts concernés. Le nombre d’abonnés y est de 1907, et 86 demandes d’abonnement non satisfaites y ont été enregistrées.

tableau 80 Eau/ données structurelles

Unité : m3 et effectif

District

Capacité fournie (m3)

Volume d’eau consommée (m3)

Nombre d’abonnés en 2009

Nombre cumulé de demandes d’abonnement non satisfaites en 2009

Ambatondrazaka

876 000

650 000

1 907

86

Amparafaravola

0

0

0

0

Andilamena

10 950

0

0

0

Anosibe An’Ala

0

0

0

0

Moramanga

252

40 500

1 153

0

Total

 887 202

 690 500

 3 060

 86

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Fournisseurs

Dans la Région Alaotra Mangoro, l’eau courante est fournie par JIRAMA et d’autres fournisseurs autres que cette société. Cependant, 31,5 %seulement des communes en sont fournies.
Zones de couverture

En ce qui concerne les zones couvertes par les réseaux fournisseurs d’eau courante, 5,1 % seulement des communes en sont concernées en totalité ; et 16,5 % en sont concernées en partie.

Durée de distribution

La durée de distribution peut changer d’une zone à une autre. Ainsi, 16,5 % des communes reçoivent de l’eau courante sans interruption pendant 24 heures. Il existe toutefois 3,8 % d’entre elles qui n’en reçoivent que pendant une durée inférieure à 12 heures par jour.

Disponibilité de bornes fontaines

Une proportion non négligeable de 54,4 % des communes n’ont aucune borne fontaine. Celles qui en ont mais fournies par JIRAMA seulement constituent 3,8 %. Les bornes fontaines, tous fournisseurs confondus, se trouvent dans 19 % des communes. Cependant, la population de 1,27 % seulement des communes s’approvisionnent en eau auprès des bornes fontaines. La population de 63,3 % de communes cherche l’eau soit par forage manuel, soit auprès de rivières et fleuves.

tableau 81 Eau/ données opérationnelles

Unité : %

Fournisseurs d’eau courante

Proportion de communes

JIRAMA uniquement

2,53

JIRAMA et autres fournisseurs

18,99

Inexistant

78,48

Total

100,0 %

Zone couverte par le réseau

 

Toute la commune

5,06

Une partie de la commune

16,46

Inexistant

78,48

Total

100

Nombre d’heures par jour de distribution d’eau

24 heures/24 heures

16,46

12 heures à 23 heures

1,27

Moins de 12 h/j

3,8

Manquant

78,48

Total

100

Existence de bornes fontaines dans la commune

JIRAMA uniquement

3,8

JIRAMA et autres fournisseurs

18,99

Inexistant

54,43

Manquant

22,78

Total

100,0 %

Mode d’approvisionnement en eau de la population

Eau courante

6,33

Borne fontaine

1,27

Source

27,85

Puits

1,27

Forage manuel

24,05

Rivière, fleuve

39,24

Total

100,0 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Eau et assainissement de base

Le taux de desserte à l’eau potable de la région en 2008 est de 38,8 % si celui du niveau national est de 39 %. En milieu rural, le taux de desserte à l’eau potable pour Alaotra Mangoro est de 38,5 %, c’est à dire supérieur de 4,4 points à celui de l’ensemble du pays. Par contre, le taux de desserte en eau potable de Madagascar (56,1 %) est supérieur de 15,6 points à celui de la Région Alaotra Mangoro. Par ailleurs, le taux d’accès de la population aux latrines améliorées est de 69,7 %. Ce taux est de 39,8 % pour l’ensemble de Madagascar.

Secteur primaire

Les principales activités du Secteur Primaire comprennent l’Agriculture, l’Elevage, la Pêche et l’Aquaculture. La section présente va alors présenter la situation de ces activités dans la Région Alaotra Mangoro.

  • Agriculture       

Structure des superficies physiques

D’après l’enquête monographique réalisée par le CREAM en 2009 dans la Région Alaotra Mangoro, il existe 170 182 ha de superficies cultivables dont 118 839 ha, soit 69,83 %sont cultivées. Cette proportion de terrains cultivés dans la région par rapport à ceux cultivables dépasse largement celle de Madagascar qui est de 51,7 %. Les districts ayant les proportions de surfaces cultivées par rapport aux surfaces cultivables sont Amparafaravola et Ambatondrazaka avec des valeurs respectives de 87,1 % et 82,9 %. Ce sont en effet les districts les plus grands cultivateurs de riz de la région.

tableau 82 Surface cultivable/ cultivée

Unité : ha et %

District

Surface cultivable (ha)

Surface cultivée (ha)

Surface cultivée/cultivable

Ambatondrazaka

41 757

34 603

82,87 %

Amparafaravola

63 676

55 474

87,12 %

Andilamena

14 099

7 222

51,22 %

Anosibe An’Ala

28 000

5 970

21,32 %

Moramanga

22 750

15 570

68,74 %

Total de la région

170 182

118 839

69,83 %

Madagascar

10 140 964

5 245 237

51,7 %

Riziculture.
La Région Alaotra Mangoro est l’un des plus importants greniers à riz de Madagascar. L’analyse de la riziculture mérite donc d’être mise en exergue dans le présent document de monographie à travers la production rizicole. On cultive dans la Région Alaotra Mangoro, 3 types de riz : le riz irrigué ; le riz sur tanety et le riz de contre saison. Pour l’année 2010, 86,6 % de la superficie rizicole développé de la région sont affectée s à la riziculture irriguée. Les productions par rapport à ces 3 types de riziculture sont respectivement de 477 650 tonnes, 57 656 tonnes et 18 608 tonnes. Les rendements sont à peu près les mêmes pour la riziculture irriguée et la riziculture de contre saison, soit respectivement de 3,5 tonnes/ha et 3,4 tonnes/ha. Ce rendement est un peu moindre pour la riziculture sur « tanety » avec une valeur de 2,70 tonnes/ha.

tableau 83 superficie Rizicole développée et Production dans la Région Alaotra Mangoro en 2010

Unités : tonne/ha,

District

Riz contre saison

Riz tanety+ tavy

Riz irrigué

S(ha)

Rdt (t/ha)

P(t)

S(ha)

Rdt (t/ha)

P(t)

S(ha)

Rdt (t/ha)

P(t)

Ambatondrazaka

2 900

3.1

8 990

4 550

3.1

14 105

37 700

3.1

116 800

Amparafaravola

1 950

4.2

8 190

990

4.2

4158

62 150

4.2

61 030

Andilamena

50

2.5

140

60

2.8

168

15 000

2.8

42 000

Moramanga

450

2.5

1 125

10 460

2.5

26 150

21 100

2.5

52 750

Anosibe An’Ala

65

2.5

163

5 230

2.5

13 075

2 000

2.5

5 000

Région

5 415

3.43

18 608

21 290

2.70

57656

137 950

3.46

47 7650

Les districts d’Ambatondrazaka et d’Amparafaravola sont les plus grands producteurs de riz avec une production totale de 377.900 tonnes pour le riz irrigué, représentant 79,1 %de la production de riz irrigué de l’ensemble de la région. La production en riz de contre saison de ces deux districts ensembles constitue 92,3 % de la production totale en ce type de riz en 2010. Par contre pour le riz de tanety ou riz pluvial, le plus grand producteur en est Moramanga avec 10 460 tonnes en 2010, soit près de la moitié des 21 290 tonnes produits par l’ensemble de la région.

Classement des parcelles physiques selon le mode fertilisation

Pour 69,5 % des superficies physiques de la Région Alaotra Mangoro, aucun mode de fertilisation n’est adopté. Pour l’ensemble du pays, cette proportion est de 12,4 %. Le mode de fertilisation le plus utilisé est l’engrais organique apporté sur 17,8 % des superficies physiques de la Région. Le mode de fertilisation le moins utilisé est le mixage de l’organique et le minéral avec seulement 4, 7 % de superficies physique concernées.

tableau 84 Répartition des superficies physiques selon le mode de fertilisation.

Unité : ha, %

Mode de fertilisation

Superficie cultivée

Pourcentage

Organique

18 897

17,8

Minéral

8 484

8,0

Mixte

4 946

4,7

Aucune

73 991

69,5

Total

106 319

100,0

Classement des types de techniques utilisés selon leur importance

Trois types de techniques sont utilisées dans la Région Alaotra Mangoro : Mécanisée, semi mécanisée et traditionnelle. Par ordre d’importance, la technique mécanisée est la plus utilisée dans la Région, suivie de celle semi-mécanisée. La moins utilisée est la technique traditionnelle. Les districts d’Ambatondrazaka, de Moramanga et d’Amparafaravola suivent cette tendance du niveau régional. Par contre pour les districts d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala, la technique mécanisée est la moins utilisée. Pour ce dernier district, la plupart les agriculteurs préfèrent même utiliser la technique traditionnelle. Quant aux agriculteurs d’Andilamena, un début de modernisme se fait constater lorsque la méthode la plus utilisée est celle semi-mécanisée.

tableau 85 Classement des types de techniques utilisés selon leur importance

 

La plus utilisée

Deuxième technique utilisée

La moins utilisée

Ambatondrazaka

Mécanisée

Semi-mécanisée

Traditionnelle

Amparafaravola

Mécanisée

Semi-mécanisée

Traditionnelle

Andilamena

Semi-mécanisée

Traditionnelle

Mécanisée

Anosibe An’Ala

Traditionnelle

Semi-mécanisée

Mécanisée

Moramanga

Mécanisée

Semi-mécanisée

Traditionnelle

Région Alaotra Mangoro

Mécanisée

Semi-mécanisée

Traditionnelle

Source: MEI/CREAM/Monographie 2008

Cultures pratiquées à des fins commerciales

La Région d’Alaotra Mangoro dispose de diverses cultures destinées à des fins commerciales. Presque 94 % de ses communes pratiquent les cultures céréalières. En effet, toutes les communes des districts d’Ambatondrazaka, d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala cultivent des céréales. Les tubercules sont également cultivés d’une manière relativement importante dans la région. Leur culture arrive en seconde place après les céréales, avec 92,4 % des communes qui la pratiquent. Anosibe An’Ala et Moramanga sont les plus concernés dans la mesure où cultive les tubercules dans toutes leurs communes. En ce qui concerne les légumineuses, environ 67 % des communes d’Alaotra Mangoro pratiquent sa culture. On en trouve notamment dans les Districts d’Amparafaravola, au niveau de 95 % des communes et à Moramanga, dans 91 % de ses communes. Les légumes se cultivent dans presque 66 %  des communes de la région. Toutes les communes du district d’Amparafaravola pratiquent ce genre de culture. Moramanga se met en seconde place avec 91 % de ses communes qui en sont concernées. Par contre, à Anosibe An’Ala, les légumes ne sont pas cultivées à des fins commerciales.
Pour ce qui est des cultures industrielles, elles sont pratiquées par 30,4 % des communes. Le district le plus concerné est celui d’Amparafaravola où 70 % des communes font des cultures industrielles.
La production et la commercialisation des fruits ne sont pas négligeables à Alaotra Mangoro. En effet, 62 % des communes de cette région pratiquent ces activités : 81 % à Moramanga ; 70 % à Amparafaravola, 60 % à Ambatondrazaka ; et 50 % à Andilamena. Environ 30 % des communes cultivent des plantes aromatiques. La culture de ce produit se pratique
surtout dans le District de Moramanga où 43 % des communes en sont touchées.

tableau 86 Cultures pratiquées à des fins commerciales

Unité : Pourcentage de communes

District

Céréales

Racine et tubercules

Légumineuses

Légumes

Cultures industrielles

Epices

Fruits

Autres

Ambatondrazaka

100,0

90,0

40,0

45,0

35,0

25,0

60,0

100,0

Amparafaravola

90,0

95,0

95,0

100,0

70,0

10,0

70,0

90,00

Andilamena

100,0

62,5

75,0

50,0

0,0

0,0

50,0

100,0

Anosibe An’Ala

100,0

100,0

10,0

0,0

0,0

0,0

20,0

30,0

Moramanga

85,7

100,0

90,5

90,5

14,3

42,9

81,0

38,1

Total

93,7

92,4

67,1

65,8

30,4

20,3

62,0

72,2

source: MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Elevage       

Le cheptel

Pour le cheptel bovin, son élevage est beaucoup plus pratiqué dans le district d’Andilamena dans  la mesure où 32,4 % du cheptel bovin de la région s’y trouve. Le district d’Ambatondrazaka suit Andilamena en abritant les 30,1 % du cheptel bovin d’Alaotra Mangoro. Le cheptel bovin de la région  représente 4,6  % de celui de Madagascar. C’est à Anosibe An’Ala qu’on recense le nombre minimal du cheptel bovin, c’est-à-dire 2,7 % seulement de tout le cheptel bovin régional. Contrairement à l’élevage bovin, l’élevage porcin est plus important dans les districts d’Anosibe An’Ala et de Moramanga, avec des proportions respectives de 26,9 % et 24,4 %. Le nombre de cheptel porcin de la région représente 3, 2 % du cheptel porcin national. Pour ce qui est de l’élevage ovin, 75,3 % du cheptel se trouve à Ambatondrazaka. Anosibe An’Ala n’en abrite que 0,5 %. La part de la région par rapport au nombre de cheptel ovin pour l’ensemble du pays est de 5,9 %. La Région Alaotra Mangoro n’est pas trop spécialisée dans l’élevage caprin. En effet, le cheptel caprin de la région représente seulement 0,1 % de celui de Madagascar. Ils se trouvent en majorité à
Moramanga avec une proportion de 71,4 %. Les districts d’Ambatondrazaka, d’Amparafaravola et d’Andilamena n’abritent aucun cheptel caprin. L’élevage de volailles est en quelque sorte la spécialité de la Région Alaotra Mangoro. En fait, l’oie y est élevée par presque tous les ménages et par tous les districts. Le nombre total de volailles de la région représente 12,6 % du nombre total de volailles du pays. Le district d’Anosibe An’Ala, suivi de celui d’Ambatondrazaka sont les plus grands éleveurs de volailles dans la mesure où 33,2 % et 21,6 % sont les proportions des volailles dans ces districts respectifs par rapport au cheptel national.

tableau 87 Part des cheptels porcin, ovin, caprin, volaille et bovin par district

Unité : %

 

Pourcentage (%)

Effectif

Bovin

Porcin

Ovin

Caprin

Volaille

Nombre d’éleveurs bovins

Cheptel bovin/ éleveur

Ambatondrazaka

30,1

19,0

75,3

0,0

21,6

nd

nd

Amparafaravola

20,6

17,5

21,4

0,0

17,4

nd

nd

Andilamena

32,4

12,2

1,7

0,0

12,5

nd

nd

Anosibe an’ala

2,7

26,9

0,5

28,6

33,2

2 600

3,1

Moramanga

14,2

24,4

1,2

71,4

15,2

nd

nd

Total région

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

 

 

Madagascar

4,6

3,2

5,9

0,1

12,6

 

 

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Disponibilité des services aux agriculteurs et aux éleveurs

La disponibilité des servic es aux agriculteurs et aux éleveurs constitue un environnement propice au développement des activités agricoles et d’élevage. Dans la Région Alaotra Mangoro, ces services sont présents au niveau de tous les districts. Il s’agit de cabinets vétérinaires pour l’élevage, et de dépôt de vente d’engrais et de semences pour les activités agricoles dont les nombres sont respectivement de 14 et 13 unités.

tableau 88 Disponibilité des services aux agriculteurs et aux éleveurs

 

Cabinet Vétérinaire

Dépôt de vente d’engrais, de semence

Ambatondrazaka

Oui

Oui

Amparafaravola

Oui

Oui

Andilamena

Oui

Oui

Anosibe An’Ala

Oui

Oui

Moramanga

Oui

Oui

Soins délivrés aux cheptels

Les soins fondamentaux que les éleveurs procurent à leurs cheptels est la vaccination de ces derniers. En 2010, le vaccin Bichar Coli a été administré à 228 119 têtes de bovin et 458 têtes d’ovin. Au total 1 902 têtes de porcin ont été également vaccinées pendant la même période. Enfin 126 876 têtes de volailles ont reçu les vaccins qui sont adaptés à leurs cas.

tableau 89 Type de vaccins

Unité : effectif

Cheptel

Vaccin

Nombre d’animaux traités

Bovin

BICHAR COLI

228 119

Porcin

SOVAX TECHEN

850

RAMJIVAX

 

P.D SUIPEST

1 052

Ovin

BICHAR COLI

458

Volailles

AVICHOL

58 076

BARAVIA

1 154

PEST AVIA

67 649

Outre la vaccination, les soins délivrés aux cheptels sont diversifiés. Ainsi, un nombre total de 84 844 animaux ont fait l’objet de déparasitages internes, dont 39 % de bovins ; 21,5 % de porcins ; 3,75  % d’ovins et 35,76 % de volailles. Nombreux animaux ont également reçu d’interventions cliniques et d’autres ont été castrés.

tableau 90 Nombre d’animaux traités

Unité : effectif

Désignation des interventions

Animaux traités

Bovin

Porcin

Ovin

Vollailles

Déparasitages internes

33 009

18 194

3 173

30 268

Déparasitages externes

19 708

20 601

1 627

25 036

Castration

2 223

2 408

 212

44

Intervention cliniques

9 788

207 428

573

9 285

  • Pêche et pisciculture    

La Région Alaotra Mangoro est réputée pour ses ressources halieutiques. Les activités de pêche, de rizipisciculture, et de l’aquaculture y sont beaucoup pratiquées. Pour toute la région donc, 65,8 % des communes pratiquent la pêche en eau douce. Au moins, la moitié des communes de tous les districts pratiquent cette activité. A Amparafaravola toutes les communes la pratiquent. Quant à la rizipisciculture, cette activité prend de l’ampleur. Faute de données, on ne connait pas la situation dans les districts d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala. Par contre, la rizipisciculture est pratiquée par 60 % des Communes d’Amparafaravola. A Ambatondrazaka, 15 % seulement des Communes la pratiquent.
Pour l’Aquaculture, le District de Moramanga pratique d’une manière relativement importante dans la mesure où 95,2 % de ses communes en sont concernées. Le District d’Amparafaravola le suit avec 50 % de ses communes. Tandis qu’à Andilamena, une (01) Commune sur huit (08) seulement pratique l’aquaculture. Pour l’ensemble de la Région; 48,11 % de toutes les communes le pratiquent.
tableau 91 Proportion des communes pratiquant pêche, rizipisciculture et pisciculture

Unité : % de communes

District

Pêche en eau douce

Rizipisciculture

Aquaculture

Ambatondrazaka

50 %

5 %

15 %

Amparafaravola

100 %

60 %

50 %

Andilamena

50 %

nd

12,5 %

Anosibe An’Ala

50 %

nd

40 %

Moramanga

61,9 %

19,05 %

95,24 %

Total région

65,82 %

21,52 %

48,11 %

Secteur secondaire

Le secteur secondaire regroupe plusieurs types d’activités dont de transformation, d’exploitation minière, etc. La présente section traitera le secteur secondaire à travers les activités de transformation et la création d’entreprises.

  • Les activités de transformation      

Les activités de transformation dans la Région Alaotra Mangoro sont dominées par les décortiqueries qui sont au nombre de 19, représentant 1,7 % de celles de tout Madagascar et ayant un poids de 30,2 % par rapport aux activités de transformation de la région. Une proportion de 63,2 % des décortiqueries de la Région se trouvent à Amparafaravola. Les districts de Moramanga, d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala ont chacun une décortiquerie.

On a recensé une seule industrie de boisson dans la région. Elle est située à Moramanga et représente 0,2 % des industries de boisson de toute l’Ile, ainsi que 1,6 % des activités de transformation dans la région en termes de poids économique. La transformation de produits agricoles compte 5 unités dans la région. Elles sont au nombre de 2 à Ambatondrazaka, 2 à Moramanga et 1 à Amparafaravola. Elles représentent 1,3 % du nombre

total des unités de transformation de produits agricoles à Madagascar et, en termes de poids, 7,9 % des activités de transformation de la région.

Pour ce qui est des scieries et menuiseries, on recense au total 16 unités dans la région, dont 7 à Moramanga, 4 à Ambatondrazaka et 3 à Amparafaravola. Les districts restants ont chacun une scierie/ menuiserie. Ces unités constituent 1,7 % de celles de l’ensemble du pays.
Les transformations de bois, fibres, cornes et coquillages sont en général effectuées de manière artisanale. Il en existe 15 unités dans la région, dont 14 à Moramanga et une seule à Ambatondrazaka. Ces unités constituent 2,5 % de l’ensemble des unités similaires dans tout Madagascar. Le poids économique de cette activité constitue 23,8 % de celui de l’ensemble de toutes les activités de transformation de la région. Aucune unité textile et confection ainsi que métallique n’ont été recensées. Deux unités lapidaires bijouterie seulement travaillent dans la région, dont chacune à Moramanga et à Anosibe An’Ala.

tableau 92 Les activités de transformation

Unités : nombre d’unités

 

Nombre d’unités

Décortiqueries

Boisson

Transformation de produits agricoles

Menuiserie, scierie

Transformations de bois, fibres, cornes et coquillages

textile, confection

Lapidairerie, bijouterie

travaux métalliques

Autres

 

Ambatondrazaka

4

0

2

4

1

0

0

0

2

 

Amparafaravola

12

0

1

3

0

0

0

0

0

 

Andilamena

1

0

0

1

0

0

1

0

0

 

Anosibe An’Ala

1

0

0

1

0

0

0

0

0

 

Moramanga

1

1

2

7

14

0

1

0

3

 

Total Alaotra Mangoro

19

1

5

16

15

0

2

0

5

 

Poids de l’unité dans les activités
de transformations dans la Région

30,2 %

1,6 %

7,9 %

25,4 %

23,8 %

0,0 %

3,2 %

0,0 %

7,9 %

 

Part Alaotra Mangoro dans le total national

1,7 %

0,2 %

1,3 %

1,7 %

2,5 %

0,0 %

0,3 %

0,0 %

0,1 %

 

Unité : % de communes

District

Pêche en eau douce

Rizipisciculture

Aquaculture

Ambatondrazaka

50 %

5 %

15 %

Amparafaravola

100 %

60 %

50 %

Andilamena

50 %

nd

12,5 %

Anosibe An’Ala

50 %

nd

40 %

Moramanga

61,9 %

19,05 %

95,24 %

Total région

65,82 %

21,52 %

48,11 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Création d’entreprises

En 2008, 216 entreprises et 21 sociétés ont été créées, représentant respectivement 1,3 % et 3,5 % par rapport à celles du niveau national. Moramanga a accueilli 57,1 % de ces sociétés. Les entreprises créées sont implantées à hauteur de 40,2 % à Ambatondrazaka. 6 d’entre elles seulement sont sises à Anosibe An’Ala.

tableau 93 Nombres d’entreprises individuelles et de sociétés nouvellement créées en 2008, par District

Unités : Effectif et % pour la dernière ligne

 

Entreprises créées en 2008

Sociétés créées en 2008

Ambatondrazaka

88

4

Amparafaravola

53

2

Andilamena

16

3

Anosibe An’Ala

6

0

Moramanga

53

12

Total Alaotra Mangoro

216

21

Part Alaotra Mangoro dans le total national

1,3 %

3,5 %

Activités minières

La région d’Alaotra Mangoro est riche en ressources minières. On trouve dans tous les districts de substances comme le Quartz, le Corindon, le Saphir, le Rubis, le Quartz fumé, le Cristal, le Béryl, le Girasol, la Tourmaline, le Grenat, l’Or, la Spinelle, le Corindon industriel, etc. Par ailleurs, les grands gisements miniers se trouvent dans le district de Moramanga où un grand projet d’exploitation de Cobalt et de Nickel est en cours de mise en œuvre dans la zone d’Ambatovy et d’Analamay. Cette zone compterait près de 125 millions de tonnes de minerais, avec une teneur moyenne de1 % de nickel et de 0,6 à 1 % de cobalt. Une production annuelle de 60 000 tonnes de nickel et 5 600 tonnes de cobalt est prévue.
Dans le district d’Ambatondrazaka se trouve en outre, un gisement de chaux et de pouzzolane
d’Ambatosokay.
Au total, 22 communes sur 79, soit près de 28 % des communes de la région d’Alaotra Mangoro disposent d’exploitations minières. Les substances exploitées sont nombreuses, mais celles présentées dans le tableau ci-après sont données à titre d’exemple.
Le district de Moramanga en est le plus concerné si 47,6 % de ses communes ont des exploitations minières, avec une superficie totale exploitée de 7 596 ha exploitées. Il est à rappeler que Moramanga abrite l’une des plus grandes exploitations minières du pays qu’est la Zone d’Ambatovy (Nickel et Cobalt).On trouve également dans ce District, d’autres ressources comme le Chrome, le Magnétite, le Quartz, le Corindon, l’Or et le Béryl. Cependant, en termes de nombre d’exploitants miniers, au nombre de 262, soit 40,9 % de ceux de l’ensemble de la région, Moramanga n’est qu’en seconde place après Amparafaravola.
Le district d’Amparafaravola constitue également une zone d’exploitation minière relativement importante. Trois de ses 17 communes disposent d’exploitations minières, regroupant 353 exploitants. On trouve dans ce district du Béryl, du Quartz, du Quartz rose, du Cristal, du Rubis, du Saphir, de la Platine, de l’Or, de l’Emeraude, du Mercure, du Cinabre, etc.
Pour ce qui est du district d’Andilamena, c’est une zone à ressources minières non négligeable dans la mesure où 3 communes sur 4 y ont des exploitations minières. Outre la disponibilité des ressources minières comme celles des autres districts, on y trouve notamment l’Or, le Rubis, le Corindon gemme et le saphir.

tableau 94 Activités minières dans la région d’Alaotra Mangoro

Unités : Effectif et % pour la dernière ligne

 

Entreprises créées en 2008

Sociétés créées en 2008

Ambatondrazaka

88

4

Amparafaravola

53

2

Andilamena

16

3

Anosibe An’Ala

6

0

Moramanga

53

12

Total Alaotra Mangoro

216

21

Part Alaotra Mangoro dans le total national

1,3 %

3,5 %

Secteur tertiaire

  • Commerce

Le Commerce constitue l’activité qui se trouve en aval de toutes activités de production. Par le biais du commerce, les produits sont transformés en monnaies, lesquelles sont utilisées pour acquérir tout ce dont les acteurs économiques ont besoin.

Infrastructures de commercialisation

Dans la Région Alaotra Mangoro, la majorité des communes ont un marché. Pour 55,7 % de communes, le marché le plus proche se trouve à moins de 1 km. Toutefois, pour 26,6 % d’entre elles, le marché le plus proche se situe à plus de 11 km. La population de 78,5 % des communes se rendent au marché à pied. Les communes où le moyen de locomotion le plus utilisé pour aller au marché est la bicyclette représentent seulement 3,8 %. La population des 17,7 % restantes adoptent la voiture comme moyen le plus utilisé pour aller au marché.

tableau 95 Infrastructures de commercialisation

Unité : % des communes et effectif

Existence d’un marché

Proportion de communes

Oui

78,48

Non

21,52

Total

100

Distance du marché le plus proche

 

Moins de 1 km

55,7

1 à 5 km

8,86

6 à 10 km

8,86

11 km et plus

26,58

Total

100

Moyens utilisés pour aller au marché

 

A pied

78,48

Bicyclette

3,8

Voiture

17,72

Total

100

Collecte de produits

Le nombre total de collecteurs de produits agricoles de la Région Alaotra Mangoro est de 34 constituant 0,7 % de celui du pays. La plupart des collecteurs de produits agricoles de la région sont issus du district d’Ambatondrazaka (38,2 %). A Anosibe An’Ala, il n’existe qu’un seul collecteur de produits agricoles.

Concernant les collecteurs de produits halieutiques et d’eau douce, la Région en recense 809 individus constituant 3,2 % de ceux de tout le pays. Près de 94 % d’entre eux sont à Ambatondrazaka et Amparafaravola, situation justifiée par l’existence du lac Alaotra et beaucoup d’autres lacs dans ces 2 districts, comme il a été mentionné auparavant.

tableau 96 Collecte de produits agricoles

Unité : effectif et %

 

Collecteurs de produits agricoles

Collecteurs de produits
halieutiques et d’eau douce

Ambatondrazaka

13

252

Amparafaravola

9

509

Andilamena

5

48

Anosibe An’Ala

1

0

Moramanga

6

0

Total Alaotra Mangoro

34

809

Part Alaotra Mangoro dans le total national

0,7 %

3,2 %

Circuit commercial du produit phare

Seules les informations de 51,9 % des communes ont été obtenues en ce qui concerne le lieu de vente du principal produit. Les proportions des communes où la vente du principal produit se passe dans la commune elle-même, et hors de la commune sont à peu près les mêmes, soit respectivement de 26,6 % et 25,3 %. La principale destination du produit phare reste l’auto- consommation pour 60,8 % des communes. La vente du produit principal se fait essentiellement auprès des collecteurs grossistes et les consommateurs selon une même proportion des communes (22,8 %).

tableau 97 Collecte de produits agricoles

Unité : % des communes

Lieu de vente du principal produit

Proportion de communes (%)

Dans la commune

26,58

Hors de la commune

25,32

Manquant

48,1

Total

100

Destination principale du produit phare

 

Vente

39,24

Autoconsommation

60,76

Total

100

Circuit commercial du principal produit

 

Collecteur grossiste

22,78

Intermédiaire

6,33

Consommateur

22,78

Manquant

48,1

Total

100.0

Transport et communication

Le transport routier est le moyen de communication le plus utilisé par la population d’Alaotra Mangoro ou des autres personnes qui y vont. Selon les enquêtes monographiques réalisées par le CREAM, 60 coopératives de transport y ont été recensées en 2009. Ce chiffre représente 8,8 % du nombre total de coopératives de transport du niveau national. Ambatondrazaka, Amparafaravola et Moramanga regroupent près de 87 % des coopératives de la région, réparties presque équitablement entre eux. A Anosibe An’Ala on ne recense que 2 coopératives.

tableau 98 Transport routier

Unité : effectif

District

Nombre de coopératives de transport desservant le district

Ambatondrazaka

17

Amparafaravola

17

Andilamena

6

Anosibe An’Ala

2

Moramanga

18

Total Alaotra Mangoro

60

Part Alaotra Mangoro dans le total national

8,8 %

  • Poste et Télécommunication

 Poste
La proportion de communes de la Région Alaotra Mangoro qui ont une agence de la poste (PAOMA) est de 30,4 %. Près de 26,6 % des communes bénéficient des services postaux : poste, colis postaux et messagerie. Par ailleurs, le transfert d’argent existe dans 17,7 % seulement des communes. Le service de poste privé concerne une faible proportion de communes (3,8 %).

tableau 99 Service postal au niveau des communes de la Région Alaotra Mangoro

Unité % des communes

District

Agence de la PAOMA

Services postaux

Transfert d’argent

Caisse d’épargne

Service privé de poste

Ambatondrazaka

40

40

40

5

5

Amparafaravola

30

30

15

0

5

Andilamena

12,5

12,5

12,5

12,5

0

Anosibe An’Ala

20

10

10

10

0

Moramanga

33,33

23,81

4,76

4,76

4,76

Région

30,38

26,58

17,72

5,06

3,8

Télécommunication
A Alaotra Mangoro, 21,5 % de communes sont connectées au téléphone fixe. Ce genre de réseau est relativement développé à Amparafaravola où 40 % des communes y sont connectées. A Anosibe An’Ala cependant, aucune commune n’a accès au téléphone fixe. Par contre, 65,8 % des communes utilisent le téléphone mobile dans la région. Toutes les communes d’Amparafaravola y ont accès, contre 10 % seulement pour Anosibe An’Ala. L’accès à l’Internet reste encore faible dans la région dans la mesure où 10,1 % des communes seulement sont connectées à ce réseau. Concernant le BLU, 41,8 % des chefs lieu de communes ont accès. C’est dans le district d’Andilamena qu’on utilise le plus ce moyen de
communication, étant donné que les chefs-lieux de 75 % des communes y ont accès.

tableau 100 Réseaux de télécommunication

Unité % des communes

 

Connexion tél fixe (% communes)

Connexion tél mobile

(% communes)

Accès internet

(% communes)

Cybercafé ou télé centre (nombre communes)

(% communes)

Communication chef-lieu commune par BLU

(% communes)

Ambatondrazaka

30

70

5

 

25

Amparafaravola

40

100

15

 

55

Andilamena

12,5

12,5

0

 

75

Anosibe An’Ala

0

10

10

 

30

Moramanga

9,52

76,19

14,29

 

38,1

Région

21,52

65,82

10,13

 

41,77

Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

L’accès aux médias

L’accès à l’information est assuré par des stations de radio et de télévision à des degrés divers. La radio nationale ainsi que des radios privées sont captées au niveau de toutes les communes des districts d’Ambatondrazaka et d’Anosibe An’Ala. Par contre dans les districts d’Andilamena et de Moramanga, la radio nationale n’est respectivement captée que par 62,5 % et 66,67 % des communes, audience limitée par rapport à celle des radios privées (80,95 % des communes de Moramanga ont accès à des radios privés, si elles ne sont que 12,5 % pour le district d’Andilamena).

Quant à la télévision nationale, seulement la moitié (53,16 %) des communes des cinq districts qui composent la Région Alaotra Mangoro y ont accès, avec respectivement 90 % des communes dans le district d’Amparafaravola et seulement 10 % des communes dans le district d’Anosibe An’Ala. Pour le chef lieu de district d’Ambatondrazaka, 40 % des communes ne captent pas encore la télévision nationale. Les chaines de télévisions privées ne sont pas encore implantées dans la Région d’Alaotra Mangoro (1,27 % de l’ensemble des communes y ont accès), avec une exception pour le district de Moramanga qui dispose déjà d’une chaîne de télévision privé qui émet dans le chef lieu de district.

tableau 101 Accès aux medias

Unité : pourcentage de communes

Accès aux média

Accès à RNM

Accès à TVM

Accès à une radio privée

Accès à une TV privée

Ambatondrazaka

100 %

60 %

95 %

0 %

Amparafaravola

95 %

90 %

95 %

0 %

Andilamena

62,5 %

12,5 %

12,5 %

0 %

Anosibe An’Ala

100 %

10 %

0 %

0 %

Total Région

86,08 %

53,16 %

70,89 %

1,27 %

Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Tourisme et hôtellerie – Artisanat         

Le Tourisme et l’hôtellerie peuvent constituer de sources importantes de revenus et même de devises étrangères pour une localité donnée et pour le pays. Ils contribuent également à améliorer la visibilité de Madagascar dans le but d’attirer les investisseurs potentiels.

Service touristique et Sites touristiques

La Région Alaotra Mangoro est riche en sites touristiques dont la plupart sont des parcs et des réserves forestières, constituant des habitats pour les riches faunes et flores de la région. On y trouve également des lacs, des chutes d’eau et même des plages. Par ailleurs, des sites d’excursions et de camping existent et font la renommée de la région. Outre les sites culturels et historiques, les circuits randonnées attirent beaucoup de touristes aussi bien nationaux qu’étrangers à Alaotra Mangoro.

Infrastructures hôtelières

Le principal facteur de développement du secteur tourisme est la disponibilité d’infrastructures d’accueil. En matière d’infrastructures d’accueil, il existe principalement dans la région des hôtels, des restaurants et des hôtels-restaurants.
La région compte au total 298 chambres et106 bungalows. Le district de Moramanga est le plus loti en matière d’infrastructures d’hébergement avec ses 125 Chambres et 91 bungalows, constituant respectivement 97 % et 95 % de ceux de la région.
La restauration y est également très développée, étant donné que le chef-lieu du district constitue le carrefour reliant la Région Alaotra Mangoro avec les deux Régions des plus importantes en intérêts et poids économiques à Madagascar : Analamanga et Atsinanana. Ainsi le nombre de couverts du district de Moramanga est de 802, soit près de 65 % de l’ensemble de la région. Le district d’Anosibe An’Ala quant à lui, ne compte que 12 chambres et 28 couverts.

tableau 102 Capacité d’accueil des hôtels

Unité : effectif

District

Dénomination

Hôtel – Restaurant

Restaurant

Hôtel

Chambre

Bungalow

Couvert

Couvert

Chambre

Bungalow

Ambatondrazaka

11

 

90

68

93

5

Moramanga

89

85

490

312

36

6

Amparafaravola

 

 

 

 

51

10

Andilamena

12

 

28

Anosibe An’Ala

6

 

28

Région

118

85

608

628

180

21

Banques et institutions financières         

La Région Alaotra Mangoro compte au total, une Agence de la CNaPS sise à Ambatondrazaka ; Bureaux de Trésor/Perception dans 4 districts ; 2 Compagnies d’Assurances respectivement à Ambatondrazaka et Moramanga ; 5 Institutions de Micro Finance répartis dans chaque district ; et 2 Caisses d’Epargne sises chacune à Ambatondrazaka et à Moramanga. L’Agence CNAPS de la région représente 3,6 % de tous les agences CNAPS de Madagascar. Les 4 bureaux du Trésor disponibles dans la Région constituent 4,1 % de ceux au niveau national. Les compagnies d’assurance comptent pour 7,1 % de l’ensemble des compagnies d’assurance de tout le pays. Les agences de banque et les institutions de microcrédits d’Alaotra Mangoro représentent respectivement 6,7 % et 6 % de l’ensemble de ces types d’infrastructures au niveau national.

tableau 103 Existence d’Agences de Banques et d’Institutions financières

Unité : effectif et %

District

Agence CNaPS

Bureau du Trésor/ perception

Compagnie d’assurances

Agence de banque

Institution microcrédit

Caisse d’épargne

Ambatondrazaka

1

1

1

1

1

1

Amparafaravola

0

1

0

1

1

0

Andilamena

0

1

0

0

1

0

Anosibe An’Ala

0

0

0

0

1

0

Moramanga

0

1

1

1

1

1

Total

1

4

2

3

5

2

Districts qui en possèdent dans la région

20 %

80,0 %

40 %

60 %

100 %

40 %

Part d’Alaotra Mangoro dans le total national

3,6 %

4,1 %

7,1 %

6,7 %

6,0 %

5,4 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Autres services   

D’autres services dont de proximité sont disponibles dans quelques communes. Des stations d’essence existent dans 25,32 % des communes, des ateliers de vulcanisation dans 13,92 %, des ateliers de dépannage de voitures dans 12,66 % et des ateliers de tôlerie dans 10,13 % des communes de la Région Alaotra Mangoro.

tableau 104 disponibilité des services de proximité

Unité : % des communes

Existence de: Station d’essence

Proportion de communes

Grandes compagnies pétrolières

10,13 %

Essentiellement par un privé

15,19 %

Non

74,69 %

Ateliers de vulcanisation

13,92 %

Ateliers de dépannage de voitures

12,66 %

Ateliers de tôlerie de voiture

10,13 %