Menabe

Le cadre physique et administratif

Cadre physique

Localisation géographique         

La Région Menabe (littéralement, « le Grand Rouge ») doit son nom à la couleur de ses fleuves chargés de latérite. Située dans la partie Sud-ouest de Madagascar, elle s’étend sur 46 121 km2. Géographiquement, la région est située entre 20°18’ de latitude sud et 44°16’ de longitude Est.

Elle dispose également d’un littoral qui s’étend sur 350 km de long au large du Canal de Mozambique.
De nombreux îlots et bancs de sable séparent la côte de la haute mer, à savoir (du Sud vers
le Nord) 1:

  •  entre Andranompasy et Belo sur Mer, les îlots d’Andriamitoraka, Mailolo, Angoraoky, Nosibe ou Andriangory ;
  •  entre Belo sur Mer et Morondava : les ilots de Nositiana, Motsadiniky, Andravoho ;
  •  entre Morondava et Belo-sur-Tsiribihina ;
  •  les bancs de sable de Cordelière-Moines – Marjolaine et la fosse de la Tsiribihina.

Administrativement, la région est délimitée :

  • au Nord par la région de Melaky ;
  • à l’Est par les régions de Bongolava, Vakinankaratra et Amoron’i Mania ;
  • au Sud par la Région Atsimo Andrefana ;
  • et à l’Ouest par le Canal De Mozambique.

La Région Menabe est subdivisée en 5 districts à savoir : Belo-sur-Tsiribihina, Mahabo, Manja, Miandrivazo et Morondava. Morondava, le chef-lieu de district est situé à 646,1 km de la capitale. Il est relié à celle-ci par la R.N 7 jusqu’à Antsirabe, de là, par la RN 34 jusqu’à Malaimbandy, et de Malaimbandy à Morondava, par la RN 35.

Tableau 1. Superficie des districts dans la Région Menabe

Unité : Km2

District

Superficie en km2

Belo-sur-Tsiribihina

6 633

Mahabo

12 916

Manja

9 251

Miandrivazo

12 206

Morondava

5 115

Total région

46 121

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Relief         

La Région Menabe offre un paysage diversifié composé par2 :

  • les zones côtières : les mangroves couvrent presque la totalité du littoral et est d’une importance

capitale pour la population vivant de la cueillette. Ils facilitent notamment la pèche
au crabe, ainsi que la pêche traditionnelle ou artisanale. Les mangroves sont aussi utilisées
comme bois de chauffe et bois de constructions ;

  • les plaines : les vastes étendues peuvent recevoir à la fois des spéculations irriguées et d’autres qui retiennent l’eau de pluie (haricot, pois du cap, lentille, tsiasisa, maïs) ;
  • les plateaux : on y retrouve les plateaux de Bemaraha et de Besabora. Ce sont des vastes plaines en hauteur, zones agro-pastorales à cheval sur les districts de Belo-sur-Tsiribihina et de Miandrivazo du Nord au Sud, se prolongeant vers le Sud pour rejoindre Besabora en plein milieu du district de Mahabo via Malaimbandy ;
  • les massifs : deux massifs sont présents dans la région à savoir le Massif du Bongolava (point culminant : 1 342 m, entre Ankavandrakely et Tsiroanomandidy), le Massif du Makay (point culminant : Andranomita, à 1 034 m).

Hydrologie         

La région dispose d’une potentialité hydraulique énorme en eaux de surface et de profondeur.
a- Les fleuves et rivières

  •  le Manambolo prend naissance dans le massif de Bongolava, arrose toute la partie Nord de Miandrivazo, traverse le plateau de Bemaraha, sépare la région de Menabe de celle de Melaky, et trouve son embouchure dans la partie Nord de Belo-sur-Tsiribihina.
  • le Tsiribihina (grossi de la Mania, de Sakeny et de la Mahajilo) prend également sa source du massif de Bongolava, débouche dans la commune de Miandrivazo, au niveau du chef lieu de la commune d’Ankotrofotsy (pont de la Mania). Il traverse et arrose une plaine très riche et connue mondialement pour la production de haricot, alimente le fameux lac de Betsiriry, très poissonneux et levier économique de la région. Il continue sa course sur le plateau de Bemaraha et prolonge son trajet dans le district de Belo-sur-Tsiribihina, laissant de part et d’autre d’immenses plaines arrosées par plusieurs lacs, poissonneux également (lacs Andranomena,Hima, Serinamo) et se disperse dans la vaste mangrove d’Andimaka, au Nord de la ville de Belo-sur-Tsiribihina, avant de rejoindre le Canal de Mozambique ;
  • la Morondava prend sa source dans le massif de Makay, arrose la partie centrale du district de Mahabo, continue son trajet dans le district de Morondava, presque en parallèle à la Route Nationale 35 ; de nombreux affluents tels que Sakamaly, Maroalika, Fanikay arrosent le district de Mahabo avant de se jeter dans le fleuve Morondava ;
  • les rivières Andrangory et Mahaniso (Mandabe), fonctionnelles depuis leur source jusqu’au niveau de la commune de Befasy (sauf à la saison pluvieuse exceptionnellement). Les rivièresLaompolo, Maintitapaka et Tsianihy collectent les eaux de ruissellement de bassins versants du Massif de Makay avant de se diriger vers la mer. La rivière Ianandrano, seule, déverse son eau dans le fleuve Mangoky pour continuer sa course vers la mer. Enfin, le fleuve Mangoky,arrose toute la partie Sud-est du district de Manja.

b- Les lacs

Les principaux lacs se trouvent sur le Betsiriry et le long du fleuve Tsiribihina : Betsiaky (Anosimena),Anketrevo, Asonjo (Anosimanitsy, Ankotrofotsy), Andranomena (Ankalalobe), Andranomena (Begidro), Hima (Amboloandro), Kimanomby (Andranomandeha, Ambohibary), Iboboka, Saririaka (Masoarivo).

c- Les eaux de profondeur

Les principales nappes sont actuellement bien connues et exploitées. On distingue la nappe de grès de crétacé qui a donné de nombreuses sources d’eau artésienne, comme à Dabara ; la nappe de grès d’Isalo, exploitée à Beroroha ; la nappe des alluvions de Morondava, exploitée par la SUCOMA pour l’irrigation de la canne à sucre et par la JIRAMA pour l’alimentation en eau de la ville de Morondava la nappe des sables superficiels et des plages pour l’alimentation en eau en milieu rural (le littoral en particulier).

Pédologie         

Les analyses du sol faites par TAFA, en 1998, ont montré que la grande majorité des sols de Menabe est légèrement acide (cas de Marofandilia avec un Ph 5,3 entre 20 et 40 cm).

Géologie

La région est constituée en général par des couches sédimentaires reposant sur des socles cristallins.Le socle cristallin apparaît à la limite Est de la région avec le Bongolava qui est une partie du système de Vohibory et du groupe d’Ambondrompotsy. Il est constitué généralement de gneiss et de magmatites et renferme localement des micachistes et des cipolins. La formation sédimentaire présente des alternances de formations marines et continentales. Il y aurait alors 4 séries d’âges décroissants dans la région :

a- Formation du Karoo.

Elle est divisée en trois groupes (Sakoa, Sakamena, Isalo).

  •  Groupe Sakoa : sur la partie Est du district de Mahabo, visible surtout au sud de Malaimbandy au contact du socle cristallin, se présentant en couches de couleur rouge avec alternance blanche de grès grossiers et d’argiles ;
  •  Groupe de la Sakamena : dans la partie Nord-Est de la zone d’Ambatolahy, descendant sur Tsimazava et allant jusqu’au sud de Mandabe et Manja (Vondrove). Ce groupe est formé de schistes pélitiques à plantes (présence de nombreux troncs de bois silicifiés enracinés en place), de grès grossiers ou argileux verts ;
  • Groupe de l’Isalo : dans la partie Sud-Est du district de Morondava (limite du massif de Makay). Constitué en général par un ensemble de grès à stratification entrecroisée d’argile et de sable argileux. Cette série (formation de Karoo) correspond à la dépression du Betsiriry.

b- Formation jurassique moyen par le plateau calcaire du Bemaraha et Besabora.

Toutefois, ce plateau est marqué dans sa bordure par une formation à faciès mixte calcaires gréseux
et grès.

c- Jurassique supérieur (sud de la Tsiribihina).

Il est formé de calcaires marneux et, au sommet, de calcaires oolithiques, riches en fossiles. C’est une série à faciès argileux prédominant.

d- Formation récente dans les parties non alluvionnaires de la région

La carapace sableuse est très développée (surtout dans la région où dérive de grès pliocènes). Elle a le faciès habituel de sable roux.

Les terrasses importantes alluviales se trouvent le long de la Tsiribihina, le long de Morondava, le long de Mangoky, avec, partout, des bancs de galets. Ces terrasses forment de grands deltas aux embouchures des fleuves, avec des vases de mangrove. Les alluvions récentes près des côtes renferment de nombreux gisements de faunes subfossiles.

Formation végétale

La formation végétale de la région se distingue par la présence abondante de savane, due notamment par la proximité avec l’Afrique. Du littoral vers l’intérieur du pays, on rencontre des :

  •  forêts de palétuviers et/ou de plantes épineuses rappelant le Grand Sud bordant le Canal de Mozambique propice à la chasse aux crabes et aux pintades ;
  •  forêt dense et sèche caducifoliée ou tropophile de l’Ouest de Madagascar. Cette forêt est garnie de bois de construction de qualité, de bois d’ébène et des plantes médicinales (Ravimaitso du Professeur Ratsimamanga) ;
  •  forêt de baobab : les baobabs comptent parmi les arbres du monde, «les arbres à l’envers» comme on l’appelle parfois; ils peuvent vivre jusqu’à 5.000 ans. Madagascar en possède sept espèces différentes alors que l’Afrique n’en a qu’une seule. La hauteur varie de 10 à 40 m, et le diamètre peut atteindre 6 m. Ces arbres sont capables de stocker de l’eau, d’où le nom «d’arbre bouteille», leur apparence majestueuse leur permet aussi d’être vénérés comme arbres sacrés ;
  • Sur les plateaux de Bemaraha et de Besabora poussent, le long des vallons, des satrana et des mokoty. Les feuilles de satrana sont utilisées comme matériaux pour toiture. Elles sont aussi utilisées comme médicament contre le mal de voyage; le tronc est utilisé comme bois de construction, de pont bâche pour l’irrigation et enfin comme bois de chauffe ;
  • tous les lacs de la région sont bordés de roseaux ;
  • et les massifs de Bongolava et de Makay sont quasi dénudés, résultat des feux sauvages incessants tous les ans.

Les aires protégées

Les aires protégées occupent environ 10 % de la surface forestière totale de la région. Il existe deux types d’aires protégées dans le Menabe : deux réserves spéciales Andranomena (6 420 ha) et Ambohijanahary (24 750 ha) et un parc national, celui de Kirindy Mitea (72 000 ha). La RS d’Ambohijanahary,malgré le fait qu’il soit situé dans la région du Menabe, est gérée par la CIREEF de Maintirano.

Climatologie         

Le «Bloc» Ouest, d’Antsiranana à Morondava, présente, dans l’année, deux saisons climatiques nettement tranchées : une saison chaude et pluvieuse, de novembre à avril et une saison moins chaude et très sèche, de mai à octobre. Le Menabe se caractérise ainsi par un climat tropical semi-aride à courte saison des pluies. La sécheresse s’accentue du Nord vers le Sud, mais elle est atténuée de l’Ouest vers l’Est en raison de l’altitude.

a- Température

La température moyenne annuelle est de 24 °C environ. La moyenne des maxima du mois le plus chaud tourne autour de 31,9 °C tandis que la moyenne des minima est de 17,5 °C8 .
b- Pluviométrie

La pluviométrie annuelle de la région varie de 600 mm (Manja) à 1600 mm (Malaimbandy). On constate une certaine augmentation de la pluviométrie dans le sens Ouest-Est. Parallèlement, le nombre de jours de pluies augmente d’Ouest en Est et 90 % des pluies tombent pendant les 5 mois de la saison de pluie.

Cyclones

Avec une probabilité supérieure à 0,5, la région est touchée, ou du moins influencée, par une perturbation tropicale, surtout par les perturbations qui se forment dans le canal du Mozambique et qui pénètrent dans l’Ile entre Maintirano et Morondava. Généralement, ces perturbations tropicales n’atteignent pas le stade de cyclone, mais restent au stade de dépression tropicale. Toutefois, elles apportent des précipitations très importantes qui provoquent des inondations durables. Les crues dans la région sont en grande partie engendrées par la présence des perturbations tropicales.

Vents

Le vent marin chargé d’humidité qui souffle vers l’intérieur de la terre est arrêté par le massif de Bongolava à l’Est de la région. Ceci explique l’humidité optimale plus ou moins persistante de l’Ouest de la région alors que le climat est semi-aride. En octobre – septembre souffle un vent desséchant,qui tarit tous les fleuves et rivières réduisant ainsi le niveau des nappes phréatiques (période conseillée pour le creusement des puits). En haute mer, il est à noter l’existence de vent périodique qui, en saison de pluie, souffle du Nord vers le Sud, agitant ainsi la mer et rend impossible le cabotage en boutre. Le fait inverse se produit en saison sèche : la plupart du temps, la mer est calme et les activités marines (pêche de tous genres et voyage en boutres) peuvent avoir lieu.

Sauvegarde de l’environnement         

D’après les données recueillies auprès des services de forêts durant l’enquête monographique de 2009, la Région Menabe abrite 787 793 ha de forêts. On constate également que malgré une superficie importante de forêt détruite (50 732 ha), elle a pu tout de même protéger plus de 5 fois cette superficie (333 704 ha).

Tableau 2. Superficie de forêt existante, protégée et forêt détruite

Unité : ha

District

Superficie en ha de forêt existante

Superficie de forêt protégée en ha

Superficie de forêt détruite en ha

Belo-sur-Tsiribihina

219 471

101 746

15 382

Mahabo

101 350

nd

8 787

Manja

229 259

12 782

13 380

Miandrivazo

51 886

35 883

109

Morondava

185 827

183 293

13 074

Total région

787 793

333 704

50 732

Source: MEI/CREAM/Monographie 2009ND : non disponible

a- Réponse locale à la sauvegarde de l’environnement

D’après les mêmes sources de données, la réponse de la région face aux problèmes de feu de brousse est très faible car la superficie reboisée en 2008 était seulement de 262 ha, soit 0,8 % seulement des superficies détruites qui sont de l’ordre de 29 609 ha. Les districts de Belo-sur-Tsiribihina, Mahabo et Miandrivazo sont ceux qui connaissent le plus de feux de brousse avec une superficie détruite entre 7 400 ha et 8 418 ha.

Tableau 3. Superficie de terrains en proie au feu de brousse et reboisées

Unité : ha

District

Superficie de terrain en proie au feu de brousse en ha

Superficie de terrain reboisé

Belo-sur-Tsiribihina

8 418

37

Mahabo

7 500

116

Manja

4 465

39

Miandrivazo

7 400

48

Morondava

1 826

22

Total région

29 609

262

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

b- Problèmes environnementaux

D’après le Tableau de Bord Environnemental qui a été établi en 2003, les problèmes environnementaux suivants ont été identifiés :

Menaces sur la biodiversité :

  •  diminution des ressources marines ;
  •  dégradation des écosystèmes forestiers, diminution très visible du stock de ressources marines ;
  •  forte pression sur la flore et sur la faune et menace sérieuse de disparition de certaines espèces endémiques ;
  •  déstabilisation des facteurs écologiques ;
  •  non sécurisation des espèces de production marines et terrestres ;
  •  inondation ville de Morondava ;
  •  feux de brousse et défrichement.

Menaces sur le sol et couvert végétal :

  •  déforestation (entre Beloha et Aboalimena) par les migrants Antandroy ;
  •  dégradation bassins versants et ressources forestières ;
  •  érosion fluviale ;
  •  ensablement des zones de culture, de bas-fonds (Baïmak et Andranomena) ;
  •  dégradation des écosystèmes forestiers ;
  •  déstabilisation des facteurs édaphiques ;
  •  ensablement des rizières ;
  •  exploitation illicite.

Menaces sur le littoral :

  •  diminution des ressources marines ;
  •  diminution ressources lacustres (Miandrivazo) ;
  •  dégradation mangroves ;
  •  érosion littorale ;
  •  érosion littorale ;
  •  érosion marine;
  •  diminution très visible du stock de ressources marines ;
  •  non sécurisation des espèces de productions marines et terrestres ;
  •  non valorisation des produits marins ;
  •  absence de gestion rationnelle des Mangroves ;
  •  érosion littoral, particulièrement dans la Commune Urbaine et touristique de Morondava.

Menaces sur les eaux continentales :

  •  diminution ressources lacustres (Miandrivazo) ;
  •  dégradation bassins versants et ressources forestières ;
  •  ensablement des rivières, au nord (Morondava, Tsiribihina, Maharivo, Kabatomena, Kimony) et au sud dans le district de Manja (Mangoky, Mahatapaka, Lapaoly)
  •  déstabilisation des facteurs hydrologiques ;

Par rapport au climat :

  •  phénomène de réchauffement ;
  •  maladies liées au climat (diarrhée, infection cutanée, IRA) ;
  •  phénomène de désertification ;
  •  pollution de l’air.

Par rapport à l’environnement urbain

  •  nuisance sonore ;
  •  insécurité ;
  •  exode rural ;
  •  trafic urbain important ;
  •  taux de chômage élevé ;
  •  assainissement.

Cadre administratif

Généralités sur les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) et les services techniques déconcentrés (STD)

a- Définition d’une Collectivité Territoriale Décentralisée (CTD)

Une collectivité territoriale décentralisée est une portion du territoire national dans laquelle l’ensemble de ses habitants électeurs de nationalité malagasy dirige l’électivité régionale et locale en vue de promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique et technologique de sa circonscription. Elle assure, avec le concours de l’Etat, l’aménagement du territoire, la protection de l’environnement, la sécurité publique et l’administration, l’amélioration du cadre de vie ainsi que la préservation de son identité. Elle est dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Les CTD sont dotées de l’assemblée délibérante dénommée conseil (conseil régional pour les régions, conseil municipal pour les communes urbaines, conseil communal pour les communes rurales) et d’un bureau exécutif.

b- La région

D’après la loi 2004-001 du 17 juin 2004, Madagascar est subdivisé en 22 régions. Se définit comme étant une collectivité publique à vocation économique et social, la région dirige, dynamise, coordonne et harmonise le développement économique et social de l’ensemble de son territoire. Elle assure la planification, l’aménagement du territoire et la mise en oeuvre des actions de développement.

La région est à la fois une Collectivité Territoriale Décentralisée et une circonscription administrative. En tant que Collectivité Décentralisée, elle dispose de la personnalité morale, de l’autonomie financière, et s’administre par des conseils régionaux. En tant que circonscription administrative, elle regroupe l’ensemble des services déconcentrés de l’Etat au niveau régional.

La Région Betsiboka est dirigée par le chef de région qui représente l’Etat dans sa circonscription.

c- Les districts

Le Décret n°2005-012 du 11 Janvier 2005, modifié et complété par le Décret n° 2007-720 du 25 juillet 2007 et le Décret n°2008-869 du 11 septembre 2008 portant création des Districts et Arrondissements stipule que le district est une circonscription administrative relevant de la région dont les limites territoriales coïncident avec celles des anciennes sous préfectures, ex. fivondronampokontany. Il comprend un ou plusieurs Arrondissements administratifs. Les Chefs districts sont nommés par voie de Décret du Premier Ministre, tandis que leurs adjoints sont nommés par arrêté du Ministre de l’Intérieur.

d- Les communes

La commune est une collectivité décentralisée de base au même titre que la région. Elle est une collectivité locale de droit public dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière et administrative. Ses organes, le maire et les conseillers sont élus au suffrage universel direct et administrent librement la commune .

e- Les fokontany

Le fokontany est une subdivision administrative de base au niveau de la commune. Le comité du fokontany dirigé par son Président14 est l’auxiliaire du chef d’arrondissement, dans ses attributions administratives et fiscales. Les habitants du fokontany constituent le «Fokonolona». Le fokontany, selon l’importance des agglomérations, comprend des hameaux, villages, secteurs ou quartiers.

Découpage Administratif

La Région Menabe comprend 5 districts subdivisés en 51 communes, elles-mêmes subdivisées en 574 Fokontany. Les districts de la région sont composés de 10 communes en moyenne avec un maximum de 15 communes pour le district de Miandrivazo contre 5 pour Morondava.

Tableau 4. Découpage administratif et territorial de la région

Unité : Nb

District

Nombre des communes

Nombre des fokontany

Belo-sur-Tsiribihina

14

153

Mahabo

11

138

Manja

6

70

Miandrivazo

15

137

Morondava

5

100

Total région

51

598

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Chaque district possède en moyenne 114 Fokontany ; le district de Belo-sur-Tsiribihina se place avec un maxima de 153 fokontany et au district de Manja revient le minima avec 70 fokontany. Pour les trois autres districts (Mahabo, Miandrivazo et Morondava), le nombre de Fokontany varie entre 100 et 127.

Les services territoriaux déconcentrés

 

Les services territoriaux déconcentrés sont les représentants des ministères du Gouvernement central au niveau régional. Ils ont pour mission de mettre en oeuvre la politique de leurs ministères respectifs Ils assurent la fonction de relais du ministère central à un niveau plus rapproché de ses administrés. Ils rendent comptent au ministère du niveau central sur l’exécution de leur mission au niveau régional.

Liste nominative des services territoriaux déconcentrés dans la Région Menabe :

  1.  Groupement de Gendarmerie Nationale
  2.  Délégation Régionale du Gouvernement
  3.  Brigade Régionale de Police (Morondava)
  4.  Délégation de Circonscription Pénitentiaire
  5.  Service Régional de la Solde et des Pensions
  6.  Direction Régionale du Budget
  7.  Direction Régionale des Impôts
  8.  Trésorerie Générale
  9.  Direction Régionale de l’Economie (DRE)
  10.  Service Régional du Travail et des Lois Sociales
  11.  Service Régional de la Fonction Publique
  12.  Service Régional de l’Emploi et de la Formation Professionnelle
  13.  Direction Régionale du Tourisme et de l’Artisanat (DIRTA)
  14.  Direction Régionale du Commerce (DRC)
  15.  Direction Régionale de la Communication
  16.  Direction Régionale du Développement Rural
  17.  Direction Régionale de la Pêche (DRP)
  18.  Direction Régionale de l’Environnement, des Eaux et Forêts et du Tourisme
  19.  Direction Régionale de l’Environnement et des Forêts
  20.  Direction Régionale de l’Energie (DR Energie)
  21.  Direction Régionale de l’Eau
  22.  Direction Régionale des Travaux Publics et de la Météorologie
  23.  Service Régional des Domaines et de la Propriété Foncière (DSRP)
  24.  Service Régional de la Topographie (SRTOPO)
  25.  Direction Régionale de la Santé Publique (DSRP)
  26.  Service Médico-Sanitaire (SMS)
  27.  Centre Hospitalier de Référence Régional (CHRR)
  28.  Direction Régionale de la Jeunesse et des Loisirs
  29.  Direction Régionale de la Population et des Affaires Sociales (DRPAS)
  30.  Service Régional de la Protection Sociale, du Genre, de la Famille et de l’Enfance
  31.  Service Régional de la Population et du Développement Social
  32.  Service Régional Administratif et Financier
  33.  Direction Régionale de la Jeunesse, du Sport et de la Culture
  34.  Direction Régionale de l’Education Nationale (DREN)
  35.  Direction Régionale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (DRETFP)

Graphique 1. Organigramme de la région

menabe-organigramme