Les secteurs sociaux

  1. La Santé
    • Les infrastructures sanitaires de la région
  • Les infrastructures sanitaires publiques

Le système de santé à Madagascar est structuré par rapport aux niveaux d`administration qui peuvent être définis par les services offerts, la qualité des personnels et les types d`infrastructures disponibles. L`encadré ci-dessous donne un aperçu du système de santé existant.

Le système de santé à Madagascar

Encadré 2. Le système de santé à Madagascar

Le système de santé malgache comprend quatre niveaux de structures sanitaires à savoir :

Les formations sanitaires de base

Elles sont constituées par des centres de santé de base niveau I (CSB I), des centres de santé de base niveau II (CSB II). Les CSB I sont équipés d’infirmiers et d’aides-soignants et ne dispensent que les services de vaccination et les soins de santé de base. Les CSB II sont équipés de médecin, paramédicaux, d’infirmiers, des sages-femmes et offrent entre autres des soins de maternité.

Les centres de référence de premier recours

Ils comprennent les centres hospitaliers de district niveau 1 (CHD I) et niveau 2 forment cette
catégorie.

Les CHD I offrent les soins obstétricaux essentiels, mais n’assurent pas de service de chirurgie ni ne disposent pas de plateau technique adéquat permettant l’établissement du diagnostic et la prise en charge des cas complexes (service d’imagerie, banque de sang et laboratoire).

Les CHD II sont équipés en plus, par rapport aux CHD I, de chirurgiens, de réanimateurs pratiquent la chirurgie d’urgence et offrent des soins obstétricaux complets.

Les Centres de Référence de second recours

Dans cette catégorie d’établissements, on compte les 22 Centres Hospitaliers de Référence Régionale (CHRR) situés au niveau de la capitale régionale (dont 4 ex- hôpitaux provinciaux).

Ces Centres de Référence devront assurer, selon le plateau technique dont ils disposent, la prise en charge des cas médicaux référés par les niveaux inférieurs ainsi que des interventions chirurgicales. Ils sont équipés de personnel de toutes spécialités.

Les Centres de Référence Nationale

Les Hôpitaux de référence de 3è recours sont composés du groupe CHU d’Antananarivo et de Mahajanga. Ce sont des Hôpitaux de Référence Nationaux et lieux de formation universitaire

Extrait de la Politique Nationnale de Santé dernière version, 2005

  • CSB I, CSB II, CHD I, CHD II et soin dentaire public

En 2008, la Région Alaotra Mangoro dispose de 67 CSB I, 78 CSB II. Le seul CHD I de la région se trouve à Amparafaravola. Les trois CHD II sont implantés respectivement dans les districts d’Andilamena, d’Anosibe An’Ala et de Moramanga. Tous les districts ont chacun un ou plusieurs infrastructures de soin dentaire. Le plus favorisé en est Amparafaravola dans la mesure où 3 communes sur 20 disposent de centres de soins dentaires.

Tableau 33. Répartition des communes par districts selon la disposition d’infrastructures sanitaires

Unité : effectif

District

CSB I

CSB II

CHD I

CHD II

Soin dentaire

Total des communes

Ambatondrazaka

24

20

0

0

2

20

Amparafaravola

11

19

1

0

3

20

Andilamena

8

8

0

1

1

8

Anosibe An’ala

11

10

0

1

1

10

Moramanga

13

21

0

1

1

21

Total de la région

67

78

1

3

8

79

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Maternité, Salles pour accouchements

Toutes les communes des districts de la région disposent de chambres pour accouchement. Par contre, la pratique de la césarienne est seulement faisable dans 3,9 % des communes. Cette intervention n’est ainsi pas possible au niveau des districts d’Amparafaravola et d’Anosibe An’Ala.

Tableau 34.Situation des Maternités et salles d’accouchement par District

Unité : effectif et %

District

Pourcentage des communes disposant des chambres pour accouchement ( %)

Peut-on pratiquer un accouchement par césarienne ( %)

Nombre de lit d’hôpitaux publics par district

Dispose

Ne dispose pas

Total

On peut

On ne peut pas

Total

Ambatondrazaka

100

0

100

5.00

95.00

100

81

Amparafaravola

100

0

100

0.00

100.00

100

12

Andilamena

100

0

100

12.50

87.50

100

12

Anosibe An’ala

100

0

100

0.00

100.00

100

36

Moramanga

100

0

100

4.76

95.24

100

138

Total pour la région

100

0

100

3.85

96.15

100

279

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

En ce qui concerne le nombre de lits d’hôpitaux publics, ceux-ci sont au nombre total de 279 dans la région. Le district le plus favorisé en disponibilité de ce matériel est Moramanga qui en dispose de près de la moitié, suivi du district d’Ambatondrazaka avec ses 81 lits d’hôpitaux publics. Bien que dans les 12,5 % des communes du district d’Andilamena, la pratique d’accouchements par césarienne soit possible, le nombre de lits d’hôpitaux publics y est seulement de 12 au total.

  • Infrastructures Privées

La disponibilité d’infrastructures sanitaires privées pallie les lacunes enregistrées au niveau de l’infrastructure publique, aussi bien en termes de quantité qu’en termes de qualité. Leur existence fait normalement suite aux demandes exprimées par les utilisateurs ou identifiées selon des études de marchés initiées par leurs propriétaires.

Tableau 35. Répartition des communes par district suivant la disposition des infrastructures sanitaires privées

Unité : effectif

District

Cabinet privé

Maternité privé

Hôpital et clinique privé

Cabinet dentaire privé

Officine ou dépôt de médicament

Total des communes

Ambatondrazaka

1

0

0

2

13

20

Amparafaravola

9

2

2

1

18

20

Andilamena

1

0

0

0

4

8

Anosibe An’ala

1

0

0

0

2

10

Moramanga

5

2

2

1

9

21

Total pour la région

17

4

4

4

46

79

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

La région compte au total : 17 cabinets médicaux privés, 4 maternités privés, 4 hôpitaux et cliniques privés, 4 cabinets dentaires privés et 46 officines ou dépôts de médicaments. Le district d’Amparafaravola est le mieux loti en termes d’infrastructures sanitaires privés dans la mesure où 9 communes sur 20 sont dotées de cabinets privés. Par ailleurs, 2 communes sur les 20 disposent de maternités pour ce district. De plus, près de 40 % de ses communes ont des officines ou dépôts de médicaments. Les districts d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala, quant à eux, sont les plus défavorisés, étant donné qu’il n’y existe aucune maternité privée, ni clinique privée, ni cabinet dentaire privé. Le nombre de communes disposant de dépôts de médicaments dans ces 2 districts ne sont qu’au nombre total de 6.

  • Accessibilité de la majorité dans les centres de santé

L’accessibilité de la population aux services de santé constitue l’un des indicateurs les plus importants en matière de condition sociale en général, et sanitaire en particulier. Cette accessibilité sera appréciée dans cette partie par les paramètres suivants :

  • distance pour la majorité de la population dans le communes des infrastructures sanitaires les plus proches ;
  • moyens utilisés par les ménages pour se rendre auprès d’un centre de santé ;
  • durée du parcours pour aller à une formation sanitaire ;
  • distance pour la majorité du service de maternité le plus proche ;
  • moyens de locomotion utilisée par les patients pour se rendre auprès d’un service de maternité ;
  • et possibilité d’accessibilité pendant l’année.
  • Accessibilité dans un centre de santé le plus proche

En moyenne, plus de la moitié des communes dans la Région Alaotra Mangoro sont distantes de 1 km par rapport aux formations sanitaires les plus proches. Une proportion de 3,8 % des communes seulement se trouve à plus de 1 km mais à moins de 5 km des formations sanitaires les plus proches. Les 44 % restants des communes se trouvent à plus de 6 km, dont près de la moitié à plus de 11 km.

Tableau 36. Répartition des Communes par district selon la distance pour la majorité de la population dans les Communes de la formation sanitaire la plus proche

Unité : % des communes

District

Distance pour la majorité de la formation sanitaire la plus proche ( %)

Total

Moins de 1 km

1 à 5 km

6 à 10 km

11 km

Ambatondrazaka

5.00

10.00

15.00

70.00

100.00

Amparafaravola

95.00

0.00

5.00

0.00

100.00

Andilamena

0.00

12.50

75.00

12.50

100.00

Anosibe An’ala

0.00

0.00

80.00

20.00

100.00

Moramanga

100.00

0.00

0.00

0.00

100.00

Total pour la région

51.90

3.80

22.78

21.52

100.00

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Le district de Moramanga est le plus favorisé en termes d’accessibilité aux formations sanitaires les plus proches. Toutes les communes se trouvent, en effet, à des distances inférieures à 1 km de ces
infrastructures. Pour le district d’Amparafaravola, la distance de moins de 1 km faite par la majorité de la population pour aller aux formations sanitaires les plus proches concerne 95 % des communes.
Quant aux districts d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala, la situation est en quelque sorte défavorable pour la majorité de la population pour joindre les formations sanitaires les plus proches. Il faudra ainsi pour la majorité de la population des 80 % des communes d’Anosibe An’ala faire jusqu’à 10 km pour trouver une formation sanitaire. Celle des 20 % restantes va même à plus de 11km pour pouvoir se faire soigner ou consulter. La situation est à peu près la même pour le district d’Andilamena, sauf qu’il existe une frange de 12,5 % de ses communes dont la majorité de la population peut accéder à une formation à une distance entre 1 et 5 km.
La situation est un peu paradoxale pour le district d’Ambatondrazaka qui est le chef-lieu de la Région Alaotra Mangoro. Ainsi, la majorité de la population de 70 % des communes de ce district doivent faire plus de 11 km pour trouver de formations sanitaires. Seulement 5 % des Communes d’Ambatondrazaka ont des formations sanitaires les plus proches situées à moins de 1 km de leur chef-lieu.

  • Moyens utilisés par les ménages pour se rendre auprès d’un centre de santé

Pour l’ensemble des communes des districts au niveau de la Région Alaotra Mangoro, les ménages de près de 3 communes sur 4 se rendent pied pour aller à un centre de santé. Les ménages du quart restant y vont en voiture.
Tous les ménages des communes des districts d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala vont à pied pour aller aux centres sanitaires. Par contre, à Ambatondrazaka, une commune seulement sur les 20 qui s’y trouvent, voit ses ménages se rendre aux formations sanitaires à pied.

Tableau 37. Répartition des communes par district suivant le moyen utilisé par les ménages pour se rendre auprès d’un centre de santé

Unité : %

District

Moyen de locomotion des ménages ( %)

Total

à pied

en voiture

Ambatondrazaka

5.00

95.00

100.00

Amparafaravola

95.00

5.00

100.00

Andilamena

100.00

0.00

100.00

Anosibe An’ala

100.00

0.00

100.00

Moramanga

100.00

0.00

100.00

Total pour la région

74.68

25.32

100.00

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Durée du parcours pour aller à une formation sanitaire

En général, pour la Région Alaotra Mangoro, 55,7 % des ménages de l’ensemble des
communes mettent moins d’une heure pour aller à un centre sanitaire. Pour 30,4 % d’entre elles, ce parcours se fait entre 1heure et 3 heures. Enfin, 13,9 % des ménages dépensent plus de 3 heures pour trouver une formation sanitaire. Les ménages de toutes les communes des districts d’Amparafaravola et de Moramanga dépensent moins d’une heure pour aller à un centre de santé. Par contre, la population des 87,5 % des communes d’Andilamena passe 3heures à ½ journées pour trouver une formation sanitaire. A Ambatondrazaka et à Anosibe An’Ala, la population de la majorité des communes met entre 1 heure à 3 heures pour avoir recours aux services sanitaires, avec des proportions respectives de 70 % et 90 %.

Tableau 38. Répartition des communes par district suivant la durée du parcours pour aller à une formation sanitaire

Unité : %

 District

Durée du parcours pour aller à cette formation sanitaire ( %)

Total

Moins d’une heure

1 h à 3 heures

3 h à une 1/2 journée

Ambatondrazaka

15.00

70.00

15.00

100.00

Amparafaravola

100.00

0.00

0.00

100.00

Andilamena

0.00

12.50

87.50

100.00

Anosibe An’ala

0.00

90.00

10.00

100.00

Moramanga

100.00

0.00

0.00

100.00

Total pour la région

55.70

30.38

13.92

100.00

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Accessibilité des services de maternité. 

Les femmes qui accouchent sont les plus vulnérables à la difficulté d’accès aux services de maternité. Afin de mieux apprécier l’accessibilité des services de maternité dans la Région Alaotra Mangoro, les points suivants vont être analysés :

  • distance pour la majorité du service de maternité le plus proche ;
  • moyens de locomotion utilisée par les patients pour se rendre auprès d’un service de maternité ;
  • accessibilité pendant toute l’année ;
  • et durée du parcours pour aller à la maternité la plus proche.
  • Distance pour la majorité, du service de maternité le plus proche

Pour ce qui est de l’accessibilité aux services de maternité, la situation semble moins dramatique dans la mesure où presque une commune sur 4 de la région dispose de services de maternité situés à moins de 1 km de son chef-lieu. Une proportion de 22,8  % de ces communes se situe entre 1 et 10 km des services de maternités les plus proches.

Tableau 39. Répartition des communes par district suivant la distance pour la majorité du service de maternité le plus proche

Unité : %

District

Distance pour la majorité de service de maternité le plus proche ( %)

Total

Moins de 1 km

1 à 5 km

6 à 10 km

11 km et plus

Ambatondrazaka

100.00

0.00

0.00

0.00

100.00

Amparafaravola

90.00

10.00

0.00

0.00

100.00

Andilamena

0.00

12.50

75.00

12.50

100.00

Anosibe An’ala

0.00

0.00

90.00

10.00

100.00

Moramanga

100.00

0.00

0.00

0.00

100.00

Total pour la région

74.68

3.80

18.99

2.53

100.00

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Moyens de locomotion utilisée par les patients pour se rendre auprès d’un service de maternité

Deux moyens sont en général utilisés par la population pour se rendre au service de maternité : à pieds ou à bicyclette. Les ménages de toutes les communes des districts d’Ambatondrazaka, d’Andilamena, d’Anosibe An’Ala et de Moramanga vont auprès des services de maternité à pieds. 10 % seulement des ménages des communes du district d’Amparafaravola utilisent la bicyclette comme moyen de locomotion pour recourir aux services de maternité.

Tableau 40. Répartition des communes par district suivant les moyens de locomotion utilisée par les patients pour se rendre auprès d’un service de maternité

Unité : %

District

Moyen de locomotion des ménages ( %)

Total

à pied

à bicyclette

Ambatondrazaka

100.00

0.00

100.00

Amparafaravola

90.00

10.00

100.00

Andilamena

100.00

0.00

100.00

Anosibe An’ala

100.00

0.00

100.00

Moramanga

100.00

0.00

100.00

Total pour la région

97.47

2.53

100.00

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Accessibilité des services de maternité pendant l’année

L’accessibilité aux services de maternité pendant toute l’année de la population concerne la grande majorité des communes de la région, avec une proportion de 92,4 %. Pour les districts d’Ambatondrazaka, d’Anosibe An’Ala et de Moramanga, les ménages de toutes les communes ont accès aux services de maternité pendant toute l’année. A Anosibe An’Ala par contre, les services de maternité sont accessibles pendant la période sèche seulement pour une importante proportion, soit, 62,5 % des communes.

Tableau 41. Répartition des communes suivant leur possibilité d’accessibilité

Unité : %

District

Accessibilité (en  % des communes)

Total

Toute l’année

Durant la période
sèche uniquement

Ambatondrazaka

100.00

0.00

100.00

Amparafaravola

95.00

5.00

100.00

Andilamena

37.50

62.50

100.00

Anosibe An’ala

100.00

0.00

100.00

Moramanga

100.00

0.00

100.00

Total pour la région

92.41

7.59

100.00

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Les personnels soignants

La disponibilité aussi bien en quantité qu’en qualité du personnel soignant constitue une des plus grandes caractéristiques des formations sanitaires en ce qui concerne la qualité de service qu’elles offrent. Cette disponibilité permet également d’apprécier la situation de secteur santé aussi bien au niveau d’une localité qu’au niveau du pays en entier. Dans cette section, les aspects suivants vont être abordés :

  • le personnel soignant dans les CSB II ;
  • existence des médecins et nombre de sages-femmes publiques dans une maternité ;
  • et répartition du personnel médical et paramédical selon le district.
  • Personnel soignant dans les Centres de Santé de Base (CSB)

La Région Alaotra Mangoro compte 72 médecins publics, exerçant dans ses CSB II, et représentant 6,1 % des médecins exerçant dans les CSB de tout Madagascar. Environ 89 % de ces médecins se trouvent dans les districts d’Ambatondrazaka, Amparafaravola et Moramanga.

Le nombre de paramédicaux exerçant dans la région est de 175, et représente 3,6 % des paramédicaux des CSB de l’ensemble du pays. Environ 78,9 % des paramédicaux de la région sont installés dans les trois districts sus mentionnés. Le district le plus défavorisé avec seulement 4 médecins publics sur les 72 travaillant dans la Région et 16 paramédicaux sur les 175 d’Alaotra Mangoro, est celui d’Andilamena. En termes de ratios, un médecin public des CSB assure en moyenne 19 959 habitants à Alaotra Mangoro. Le nombre d’habitants dans cette région pris en charge par un paramédical est de 8 212.

Tableau 42. Nombre de médecin publics et de paramédicaux servants dans les CSB II

Unité : effectif

District

Nombre de médecins publics
exercent dans les CSB II

Nombre de paramédicaux
servants dans les CSB II

Ambatondrazaka

21

32

Amparafaravola

23

51

Andilamena

4

16

Anosibe An’ala

4

21

Moramanga

20

55

Total pour la région

72

175

Total pour l’ensemble du pays

1 191

4 813

Part de la région dans l’ensemble du pays

6,05

3,64

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Répartition des communes par districts selon l’existence des médecins et le nombre de sages-femmes publiques dans une maternité

Pour la Région Alaotra Mangoro, environ 79,5 % des Communes ont des médecins publics exerçant dans les maternités. Les districts d’Ambatondrazaka et d’Amparafaravola sont les plus favorisés en termes d’existence de médecins publics dans les maternités, dans la mesure où toutes leurs communes en sont concernées. Contrairement à cette situation, 80 % des communes d’Anosibe An’Ala ont leur maternité dépourvues de médecins publics. A Andilamena, des médecins publics exercent dans les maternités de la moitié des communes.

Tableau 43. Répartition des communes par districts selon l’existence des médecins dans une maternité, et le nombre de sages-femmes publiques dans les maternités

Unité : %

District

Existence  %

Inexistence  %

Total

Nombre de sages-femmes publiques exerçant dans les maternités

Ambatondrazaka

100.00

0.00

100.00

15

Amparafaravola

100.00

0.00

100.00

23

Andilamena

50.00

50.00

100.00

6

Anosibe An’ala

20.00

80.00

100.00

1

Moramanga

80.95

19.05

100.00

34

Total pour la région

79.49

20.51

100.00

79

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Pour ce qui est du nombre de sages-femmes publiques exerçant dans les maternités, elles sont au nombre de 79 pour toute la région. Ainsi, en termes de ratio, une sage-femme publique s’occupe de 18 190 habitants dans la Région Alaotra Mangoro. On y recense en moyenne un peu plus d’une sage-femme par maternité publique. Le district le plus loti en ce qui concerne le nombre de sages-femmes publiques est celui de Moramanga où travaillent presque la moitié de toutes celles qui travaillent dans la région, c’est-à-dire qu’en moyenne, 3 sages-femmes s’occupent de 2 maternités publiques. Par contre, le district le plus défavorisé en terme de disponibilité de sages-femmes publiques est Anosibe An’Ala où il n’ya qu’une seule sage-femme pour ses 10 maternités publiques.

  • Répartition du personnel médical et paramédical selon le district.

La Région Alaotra Mangoro dispose au total, de 51 aides sanitaires, représentant 6,2 % de ceux du pays ; 152 infirmiers et infirmières qui constituent 9,3 % du nombre d’infirmiers et infirmières au niveau national ; 95 sages-femmes, soit 9  % du nombre total en ce personnel médical dans tout Madagascar ; 110 médecins généralistes qui comptent pour 7,7 % du niveau national ; et 13 médecins spécialistes représentant 8,7 % de ceux du pays en entier.

Le district de Moramanga est le plus favorisé en ce qui concerne le nombre de personnel médical et paramédical de la Région Alaotra Mangoro. Ainsi, on y recense par rapport à la situation régionale, les proportions suivantes : plus de 50 % des aides sanitaires, un peu moins de la moitié des infirmiers et infirmières, 43 % des sages-femmes, 43 % des médecins généralistes, et 31 % des médecins spécialistes.

Les districts les moins lotis en terme de personnel médical et paramédical sont comme toujours, Andilamena et Anosibe An’Ala qui ne disposent d’aucun médecin spécialistes, mais sont servis par 5 médecins généralistes chacun. Si le district d’Andilamena a 5 sages-femmes, celui d’Anosibe An’Ala ne dispose que d’une seule sage-femme publique qui est au service des 10 maternités publiques, comme il a été évoqué dans la précédente section.

Tableau 44. Nombre des aides sanitaires, infirmiers(es), sages-femmes, médecins généralistes et spécialiste par district

Unité : effectif

District

Aide-sanitaire

Infirmiers et infirmières

Sages-femmes

Médecins généralistes

Médecins spécialistes

Ambatondrazaka

6

44

23

30

5

Amparafaravola

9

17

25

23

4

Andilamena

1

11

5

5

0

Anosibe An’ala

9

10

1

5

0

Moramanga

26

70

41

47

4

Total pour la région

51

152

95

110

13

Total pour l’ensemble du pays

828

1 630

1 052

1 423

149

Part de la région dans l’ensemble du pays

6,16

9,33

9,03

7,73

8,72

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Les services de santé
  • Utilisation du service de maternité publique en 2008

En 2008, les maternités publiques d’Alaotra Mangoro ont enregistré 26 637 accouchements. Pendant la même période, on a enregistré dans la région, 28 décès maternels et 305 décès infantiles à l’accouchement. En ramenant le nombre de décès maternels et décès infantiles à ce nombre d’accouchements, une proportion de 1,1 ‰ de femmes qui accouchent ainsi que 11,5 ‰ des nouveaux nés seraient décédés à Alaotra Mangoro en 2008. L’on remarque ainsi que les enfants sont plus vulnérables et sujets aux décès pendant les accouchements dans les maternités publiques en 2008.

Cependant dans le district d’Ambatondrazaka, le taux de mortalité infantile à l’accouchement est relativement bas par rapport à l’ensemble de la Région avec une valeur de 4,5 ‰, si celui de mortalité maternelle à l’accouchement y est à peu près le même que pour la région.

La situation est relativement dramatique dans le district d’Andilamena dans la mesure où les taux de mortalité maternels et infantiles à l’accouchement dans les maternités publiques sont respectivement de 2,3 ‰ et 46,6 ‰. Dans le district de Moramanga, la situation est paradoxale, étant donné que le nombre de personnel médical et paramédical y est de loin le plus élevé par rapport à ceux des autres districts, les taux de mortalité maternel et infantile à l’accouchement arrivent en deuxième position avec des valeurs respectives de 1,9 ‰ et 25 ,1 ‰.
Tableau 45. Répartition des communes selon le nombre de décès maternels ramené au nombre d’accouchement dans les maternités publiques

Unité : effectif

District

Aide-sanitaire

Infirmiers et infirmières

Sages-femmes

Médecins généralistes

Médecins spécialistes

Ambatondrazaka

6

44

23

30

5

Amparafaravola

9

17

25

23

4

Andilamena

1

11

5

5

0

Anosibe An’ala

9

10

1

5

0

Moramanga

26

70

41

47

4

Total pour la région

51

152

95

110

13

Total pour l’ensemble du pays

828

1 630

1 052

1 423

149

Part de la région dans l’ensemble du pays

6,16

9,33

9,03

7,73

8,72

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

  • Utilisation du service de maternité privée en 2008

En comparant les données respectives enregistrées au niveau des maternités publiques et privées, on constate que les maternités publiques sont de loin les plus fréquentées par les femmes qui accouchent dans la Région Alaotra Mangoro en 2008. En effet, si dans les maternités publiques, 26 637 femmes ont accouché en cette période, ce nombre serait seulement de 87. Les districts de Moramanga et d’Amparafaravola sont les plus touchés par les accouchements en maternités privées. En effet, plus de 54 % des femmes accouchant dans ce type d’infrastructure sont issues de district de Moramanga.

En termes de proportion, le nombre d’accouchements se passant dans les maternités privées constituent 0,3 %de tous les accouchements dans la Région Alaotra Mangoro en 2008.

En ce qui concerne la mortalité infantiles pendant l’accouchement dans les maternités privées, les taux en sont respectivement de 50 (‰) et 63,8 (‰) dans les districts d’Amparafaravola et de Moramanga,  les seuls districts ayant enregistré des accouchements dans leurs maternités privées en 2008. Aucune femme n’a été décédée pendant ces accouchements.

Tableau 46. Répartition des districts selon le nombre de décès maternels ramené au nombre d’accouchement dans les maternités privées

Unité : ‰

District

Nombre d’accouchement dans les maternités privées

Nombre de décès maternels à l’accouchement

Nombre de décès infantile à l’accouchement

Nombre de décès infantile à l’accouchement ramené au nombre d’accouchement

Nombre de décès maternels à l’accouchement ramené au nombre d’accouchement

Ambatondrazaka

0

0

0

Amparafaravola

40

0

2

50

0

Andilamena

0

0

0

Anosibe An’Ala

0

0

0

Moramanga

47

0

3

63,83

0

Total pour la région

87

0

5

57,47

0

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

  • Utilisation des centres de soin public

En 2008, on a enregistré 366 615 consultations dans les centres de soin public de la Région Alaotra Mangoro. Le district d’Ambatondrazaka, à lui seul, a reçu plus de la moitié de ces consultations. Par contre, 2,4 % seulement de ces consultations se sont passées dans le district d’Andilamena.

Tableau 47. Répartition des communes selon le nombre de consultation dans les centres de soin public en 2008

Unité : effectif et %

District

Nombre de consultations dans les centres de soin public en 2008

Part du district par rapport à l’ensemble de la Région ( %)

Ambatondrazaka

195 962

53,45

Amparafaravola

51 135

13,95

Andilamena

8 848

2,41

Anosibe An’ala

33 900

9,25

Moramanga

76 770

20,94

Total pour la région

366 615

100,00

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

  • Service de Planning Familial Public

Toutes les communes de la région d’Alaotra Mangoro disposent de services de planning familial, sauf à Amparafaravola où 1 commune sur 10 n’en dispose pas.

Pour ce qui est de l’utilisation par les femmes des services de planning familial public, on a enregistré un taux d’accroissement de près de 50 % du nombre de femmes affiliées à ces services entre 2007 et 2008. Le nombre de femmes affiliées au service de planning familial dans les districts d’Ambatondrazaka, d’Andilamena et de Moramanga représentent ensemble 90,5 % de toutes les femmes affiliées au service de planning familial public dans la région en 2007. Cette proportion a diminué à 85,6 % en 2008. Par contre, si le nombre de femmes affiliés au service de planning familial public dans les districts d’Anosibe An’ala ne constituait que 0,06 % en 2007, ce taux est arrivé à 7,2 % en 2008.

Tableau 48. Répartition des communes par district selon le nombre et pourcentage des services de planning familials publics

Unité : %

Existence d’un planning familial public
dans la commune

Nombre de femmes affiliées au service de planning familial

Dispose

Ne dispose pas

Total

2007

2008

Variation

Ambatondrazaka

100.00

0.00

100.00

7 394

11 078

3 684

Amparafaravola

90.00

10.00

100.00

8 780

13 059

4 279

Andilamena

100.00

0.00

100.00

3 091

3 433

342

Anosibe An’ala

100.00

0.00

100.00

19

3 524

3 505

Moramanga

100.00

0.00

100.00

13 392

17 881

4 489

Total pour la région

97.47

2.53

100.00

32 676

48 975

16 299

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

  • Le service de planning familial privé

Une proportion de 81 % des communes des districts de la Région Alaotra Mangoro ne disposent pas de service de planning familiaux privés. Cependant, dans le district d’Anosibe An’Ala, une commune sur 10 seulement n’en possède pas.

Concernant l’utilisation des services de planning familial privé, 48 975 femmes y sont affiliées en 2008 contre 32 676 en 2007, soit un taux d’accroissement de 49,9 %.
Moramanga a enregistré le nombre maximal de femmes affiliées à ce type de service par district, avec une proportion de 36,5 % de celles de l’ensemble de la Région. Le taux d’accroissement y afférent entre 2007 et 2008 est de 33,5 %. La proportion minimale de femmes affiliées au service de planning familial privé par district a été enregistrée par Andilamena (72 %). Le taux d’accroissement de ce nombre entre 2007 et 2008 y est également le plus petit, soit 11,1 %.La fréquentation des services de planning familial privé par les femmes au niveau du district d’Anosibe An’Ala a connu une importante évolution si le nombre de femmes affiliées à ce genre de structure est égal à 15 en 2007 pour arriver à 3 524 en 2008, soit un accroissement de184, 5 %.

Tableau 49. Répartition des communes par district selon le nombre et pourcentage des services de planning familiaux privés

Unité : Nb

District

Existence d’un planning familial privé
dans la commune

Nombre de femmes affilées au service
de planning familial

Dispose

Ne dispose pas

Total

2007

2008

Variation

Ambatondrazaka

5.00

95.00

100.00

7 394

11 078

3 684

Amparafaravola

10.00

90.00

100.00

8 780

13 059

4 279

Andilamena

0.00

100.00

100.00

3 091

3 433

342

Anosibe An’ala

90.00

10.00

100.00

19

3 524

3 505

Moramanga

14.29

85.71

100.00

13 392

17 881

4 489

Total pour la région

18.99

81.01

100.00

32 676

48 975

16 299

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

L’éducation

  • Les infrastructures scolaires de la région

Globalement, le système éducatif à Madagascar comprend cinq niveaux :

  •     l’alphabétisation et le préscolaire ;
  •     l’enseignement primaire ;
  •     l’enseignement secondaire général (collège et lycée) ;
  •     la formation technique et professionnelle ;
  •     et l’enseignement supérieur et la recherche scientifique.

L’enquête menée par le CREAM en 2009 a porté sur les types d’infrastructures correspondant aux niveaux de l’enseignement primaire, de l’enseignement secondaire existant dans la région, leur appartenance (publique ou privée) ainsi que sur leur répartition spatiale.

Les infrastructures scolaires publiques

Disponibilité

  • Ecole Primaire Publique

Toutes les communes de la région d’Alaotra Mangoro disposent d’au moins une Ecole Primaire Publique (EPP). Au niveau national, cette proportion est de 100 %.

  • Collège d’Enseignement Général

Les communes qui ont au moins un Collège d’Enseignement Général dans la Région Alaotra Mangoro représentent 70,2 % de toutes les Communes. Amparafaravola est le district le plus favorisé dans la mesure où 95 % de ses communes disposent au moins un CEG. Tous les districts dépassent le niveau national en terme de disponibilité de CEG sauf celui d’Andilamena où 37,5  % seulement des Communes en ont.

  • Lycée

Pour l’ensemble de la région, 6,3 % des communes ont au moins un Lycée. La disponibilité de Lycée au niveau de tous les districts est inférieure à celle de la Région, sauf à Andilamena et à Anosibe An’Ala où les proportions de Communes disposant de Lycée sont respectivement de 12,5 % et 10 %.

Tableau 50. Les infrastructures scolaires publiques en 2008 dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif et %

Ambatondrazaka

Amparafaravola

Andilamena

Anosibe An’Ala

Moramanga

Ensemble Région

Niveau national

Disponibilité des infrastructures

Existence d’EPP

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Existence de CEG

75 %

95 %

37,5 %

90 %

90 %

82,3 %

70,2 %

Existence de Lycée

5 %

5 %

12,5 %

10 %

4,8 %

4,4 %

6,3 %

Nombre d’infrastructures

Nombre d’EPP

255

151

120

156

267

949

4,1 %

Nombre d’EPP communautaire

71

86

20

25

58

260

4,5 %

Nombre de CEG

15

22

3

10

21

71

6,1 %

Nombre de CEG communautaire

0

0

0

1

0

1

1,0 %

Nombre de Lycées ens. général

1

1

1

1

1

5

3,5 %

Nombre de lycée technique

1

0

0

0

1

2

Nombre des salles de classe

Dans les EPP

939

756

254

399

1262

3610

6,6 %

Dans les CEG

171

166

41

41

136

555

7,1 %

Dans les Lycées ens. général.

38

10

10

5

17

80

4,8 %

Dans le lycée technique

17

0

0

0

13

30

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Nombre

  • Ecole Primaire Publique

La Région Alaotra Mangoro compte au total 964 EPP, constituant 4,1 % des EPP de tout Madagascar. Les districts d’Ambatondrazaka et de Moramanga recensent eux seuls près de 55 % de tous les EPP de la région. Le district d’Andilamena enregistre le nombre le plus bas d’EPP. En termes de nombre moyen d’EPP, il y a en moyenne 1,3 EPP dans chaque fokontany. Cependant, la répartition de ces EPP dans les districts n’est pas uniforme. Ainsi, avec ses 151 EPP, Amparafaravola compte en moyenne 0,7 EPP par fokontany. A Andilamena, bien que le nombre d’EPP ne soient que de 20, on y recense en moyenne plus de 2 EPP par fokontany.

Par ailleurs, il existe dans la région 260 EPP dites communautaires. Ce nombre constitue 4,5 % des EPP communautaires de la région, taux qui avoisine celui des EPP « ordinaires ». Si Ambatondrazaka enregistre le nombre maximum d’EPP standard, Amparafaravola recense le maximum d’EPP communautaires qui sont au nombre de 26. Le nombre minimum d’EPP communautaires par district est enregistré à Andilamena où 20 de ce genre d’infrastructure scolaire sont implantées.

  • Collège d’Enseignement Général

La Région Alaotra Mangoro dispose de 71 CEG, soit 6, 1 % de tous les CEG de Madagascar. Amparafaravola et Moramanga enregistrent les nombres maxima de CEG avec des valeurs respectives de 22 et 21. La valeur minimale, est enregistrée au niveau du district d’Andilamena où se trouvent seulement 3 CEG. Pour ce qui est des CEG communautaires, c’est dans le district d’Anosibe An’Ala que se trouve le seul de ce genre d’établissement scolaire.

  • Lycée

La Région Alaotra Mangoro compte 9 Lycées dont 5 d’enseignement général, représentant 3,5 % par rapport au nombre total de Lycées du pays, et 4 d’enseignement technique. Le nombre de Lycées d’enseignement général est réparti d’une façon égalitaire entre les districts. En effet, chacun des districts dispose de ce type d’infrastructure scolaire. Quant au lycée privé, seuls les districts d’Ambatondrazaka et Moramanga en possèdent chacun un.

Nombre de Salles de Classe

  • EPP

Le nombre de salles de classe dans les EPP, est de 3 610 représentants 6,6 % par rapport au niveau national. Si chaque district possédait le même nombre de salle de classe d’EPP, chacun en disposerait en moyenne de 722. Cependant, à Moramanga, le nombre de salles de classe d’EPP est de 1 262, ce qui donne en moyenne 3,9 salles de classe pour chaque EPP (EPP communautaires y compris). Le district le moins favorisé en termes de nombre moyen de salles de classe par EPP est celui d’Andilamena avec un chiffre de 1,8.

  • CEG

Les CEG comptent 555 salles de classe constituant 7,1 % de toutes les salles de classe de CEG de tout Madagascar. En moyenne, le nombre de salle de classe de CEG pour chaque district est de 111. En ce qui concerne le nombre moyen de salle de classe de CEG (CEG communautaires inclus), pour la Région Alaotra Mangoro, ce chiffre est de 7,7. Le plus grand nombre est enregistré par Andilamena où chaque CEG dispose en moyenne de 13,7 salles, mais comme le nombre même de CEG y est trop peu (3), on ne peut pas dire que la situation y est meilleure. A Ambatondrazaka, la situation est relativement la meilleure, avec en moyenne 11,4 salles de classe par CEG.

  • Lycée d’Enseignement Général

Il existe au total 80 salles de classe pour Lycée d’Enseignement Général (LEG) dans la Région d’Alaotra Mangoro, soit en moyenne, 16 salles pour chacun des 5 LEG y présents. Les LEG les plus fournis en termes de salles de classe se trouvent dans le district d’Ambatondrazaka, où le seul LEG qui s’y trouve en dispose 38. Le LEG d’Anosibe An’Ala, représentant moins loti en ce qui concerne le nombre de salles, n’en a que 5.

  • Lycée Technique

Le nombre total de salles de classe pour les deux lycées techniques (LT) présents respectivement à Ambatondrazaka et Moramanga est de 30, soit en moyenne 15 pour chaque LT. Pourtant la situation à Ambatondrazaka est meilleure dans la mesure où son LT dispose de 17 salles de classe contre 13 pour celui de Moramanga.

  • Les infrastructures scolaires privées

Les infrastructures scolaires privées sont présentes dans la Région Alaotra Mangoro. Bien qu’inférieures en nombre, elles complètent les infrastructures scolaires publiques.
Disponibilité

  • Ecole primaire Privée

Dans la Région Alaotra Mangoro, environ 64,6 % des communes disposent d’Ecoles Primaires Privées. Céteaux est supérieur à celui national, lequel est de 57,6 %. Les districts d’Ambatondrazaka et Amparafaravola sont les plus favorisés en termes de disponibilité d’Ecole primaire Privée, avec des pourcentages respectifs de 85 % et 80 % de communes qui en ont. Le district le moins loti est celui d’Anosibe An’Ala où 20 % seulement des Communes ont au moins une Ecole primaire Privée

  • Collège Privé

En ce qui concerne la disponibilité de Collège Privé dans la région, une proportion de 25,3 % des communes en dispose. Cette valeur avoisine celle du niveau national : 25,6 %. A Amparafaravola, où la valeur maximale est enregistrée, en moyenne 4 communes sur 10 ont au moins un collège Privé chacune. La valeur minimale est enregistrée au niveau du district d’Anosibe An’Ala où 10 % des communes seulement ont ce genre d’infrastructure scolaire.

  • Lycée Privé

La disponibilité des Lycées Privés concerne 10,1 % des communes de l’ensemble de la région contre 8 % au niveau national. Les districts d’Ambatondrazaka et d’Amparafaravola ont chacun la même proportion de communes qui disposent de lycée privé, soit 15 %, représentant la valeur maximale. A Anosibe An’Ala, aucune commune n’est dotée de lycée privé dont la représentation au niveau national n’est pas disponible.

Tableau 51. Les infrastructures scolaires privées en 2008 dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif et %

Ambatondrazaka

Amparafaravola

Andilamena

Anosibe An’Ala

Moramanga

Ensemble Région

Niveau national

Disponibilité des infrastructures

Existence d’école primaire privée

85 %

80 %

37,5 %

20 %

61,9 %

64,6 %

57,6 %

Existence de collège privé

25 %

40 %

12,5 %

10 %

23,8 %

25,3 %

25,6 %

Existence de lycée Privé

15 %

15 %

12,5 %

0 %

4,8 %

10,1 %

8,0 %

Nombre d’infrastructures

Ecoles primaires privées

62

63

87

2

50

264

4,2 %

Collèges privés

13

20

2

1

12

48

3,0 %

Lycées privés

8

4

1

0

6

19

4,3 %

Lycées privés techniques

0

0

0

0

3

3

Nombre des salles de classe

Dans les écoles primaires privées

296

195

49

9

183

732

3,0 %

Dans les collèges privés

141

90

9

2

77

319

4,6 %

Dans les lycées privés

64

16

1

0

30

111

5,2 %

Dans les lycées privés techniques

0

0

0

0

203

203

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Nombre

  • Ecole Primaire Privée

La Région Alaotra Mangoro compte 264 Ecoles Primaires Privées, soit 4,2 % des Ecoles Primaires Privées de tout Madagascar. A Andilamena, le nombre d’écoles primaires publiques est de 87. Ce chiffre représente le nombre maximal en ce genre d’infrastructure dans un district à Anosibe An’Ala. Par contre, il n’existe que 2 écoles primaires publiques.

  • Collège Privé

La région compte au total 48 collèges privés, représentant 3 % par rapport au niveau national.
A Amparafaravola, le nombre de collèges privés est de 20 et constitue le maximum selon les districts. Quant à Anosibe An’Ala, il n’en existe aucun.

  • Lycée Privé

La Région Alaotra Mangoro dispose au total 22 lycées privés (LP) dont 3 techniques, implantés tous à Moramanga. Les 19 lycées privés, comptant pour 4,3 % des lycées privés au niveau national, sont
réparties dans tous les districts, sauf à Anosibe An’Ala où il n’en existe aucun. Le district d’Ambatondrazaka abrite à lui seul 8 LP, alors qu’à Andilamena, on n’en trouve qu’un seul.

  • Salles de classe

Les infrastructures scolaires privées de la région ont pour l’ensemble, 1365 salle de classe réparties comme suit : 732 pour les écoles primaires privées ; 319 pour les collèges privés ; 111 pour les lycées privés ; et 203 pour les lycées privés techniques.

  • Ecoles primaires privées

Les districts d’Ambatondrazaka, d’Amparafaravola et de Moramanga disposent ensemble plus de 92 % de toutes les salles de classe réservées aux écoles primaires privées. Par contre, il n’en existe que 9, soit 1,2 % dans le district d’Anosibe An’Ala.

  • Collèges privés

Si le nombre total de salles de classe des collèges privés dans la région est de 48, un peu moins de la moitié, c’est-à-dire 20 salles se trouvent à Amparafaravola, 13 et 12 salles de classes se trouvent respectivement à Ambatondrazaka et Moramanga. Ensemble, les salles de classe de ces 3 districts représentent 94 % de salles destinées aux collèges privés. A Andilamena, il n’existe que 2 salles de classe pour les collèges privés. A Anosibe An’Ala, il n’en a qu’une.

  • Lycées privés

Dans tous les lycées privés d’Alaotra Mangoro, 314 salles de classe sont recensées. 203 appartiennent aux lycées privés techniques et s’entassent toutes à Moramanga. Les 64 salles de classe sur les 111 appartenant aux lycées privés se trouvent toutes à Ambatondrazaka, alors qu’Anosibe An’Ala ne dispose aucune.

  • Accessibilité Education

L’accessibilité, autant que la disponibilité des infrastructures, constitue un des caractéristiques du système de l’éducation dans une localité donnée. Cette partie réservée à l’accessibilité aux infrastructures
scolaires dans la Région Alaotra Mangoro va donc traiter les points suivants :

  • répartition des communes selon la distance pour la majorité de la population de l’école primaire la plus proche ;
  • répartition des communes par district selon la distance pour la majorité de la population du
  • collège le plus proche ;
  • répartition des communes par district selon la distance pour la majorité de la population du lycée (public, privé ou confessionnel) le plus proche.

Répartition des Communes selon la distance pour la majorité de la population de l’école primaire la plus proche

Pour une majorité de 57 % des communes de la Région Alaotra Mangoro, la plus grande partie de la population effectue une distance de moins de 1 km pour rejoindre l’école primaire publique (EPP) la plus proche. Ainsi, la majorité de la population dans 85 % des communes d’Ambatondrazaka font cette
distance pour rejoindre l’EPP la plus proche. La majorité de la population des communes restantes trouvent l’EPP la plus proche à une distance comprise entre 1 km et 10 km.

Pour Amparafaravola, la majorité de la population d’une grande partie des communes (60 %) trouvent seulement une EPP la plus proche à plus de 6 km. La plupart de la population d’une commune sur 10 doivent même faire plus de 11 km pour trouver une EPP.

A Andilamena, la situation est préoccupante dans la mesure où la majorité de la population de 62,5 % de ses communes font plus de 11 km pour aller à une EPP la plus proche. Les autres communes ont leur EPP distantes de 1 à 5km pour la plus grande frange de la population. En termes d’accessibilité aux EPP, le district d’Andilamena semble le plus favorisé en ce sens la majorité de la population des90 %de ses communes ne font qu’une distance inférieure à 1 km pour trouver une EPP. Les 10 % restantes ont leurs chefs-lieux distants de plus de 11 km d’une EPP la plus proche.

Enfin, à Moramanga, la majorité de la population de toutes les communes trouve l’EPP la plus proche à une distance maximale de 5 km. Une majorité de 80 % de ces communes ont même leur chef-lieu situé à moins de 1km de l’EPP la plus proche.

Tableau 52. Répartition des Communes selon la distance pour la majorité de la population de l’école primaire la plus proche dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : %

District

Moins de 1 km

1 à 5 km

6 à 10 km

11 km et plus

Ambatondrazaka

85 %

10 %

5 %

0 %

Amparafaravola

10 %

65 %

20 %

5 %

Andilamena

87,5 %

12,5 %

0 %

0 %

Anosibe An’Ala

0 %

0 %

100 %

0 %

Moramanga

90,5 %

9,5 %

0 %

0 %

Ensemble de la région

57,0 %

22,8 %

19,0 %

1,2 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Répartition des Communes selon la distance pour la majorité de la population du collège le plus proche

Pour l’ensemble de la région, la majorité de la population de 54 communes font moins de 1 km pour aller au collège le plus proche. Cette distance est de 1 à 10 km pour 35,2 % des communes. La majorité des élèves de 10,8 % des communes doivent parcourir plus de 11 km pour rejoindre le collège.

A Ambatondrazaka, la distance maximale faite par la majorité des élèves pour aller au collège est de 10 km pour 6,3 % des communes. La distance faite par la plupart des élèves des 87,5 % des communes est inférieure à 1 km. Pour Moramanga, 80 % des communes ont les collèges les plus proches situés à moins de 1 km du chef-lieu de district. De même pour le district d’Anosibe An’Ala, dans les 90 % des communes, la majorité des élèves ne parcourent que moins de 1 km pour rejoindre le collège, et pour les 10 % restants des communes, les élèves ont à parcourir plus de 11 km pour aller au collège. A Andilamena, la plus grande proportion des élèves de 62,5 % des communes font plus de 11 km pour se rendre au collège le plus proche. La majorité des collèges les plus proches sont sis dans leur commune d’origine sauf dans plusieurs communes du district d’Andilamena où la majorité des élèves sont obligés de traverser leur commune d’origine pour rejoindre le collège le plus proche.

Tableau 53. Répartition des communes par District selon la distance pour la majorité de la population du collège le plus proche

Unité : %

District

Moins de 1 km

1 à 5 km

6 à 10 km

11 km et plus

Ambatondrazaka

87,5 %

6,2 %

6,3 %

0 %

Amparafaravola

5 %

25 %

60 %

10 %

Andilamena

0 %

37,5 %

0 %

62,5 %

Anosibe An’Ala

90 %

0 %

0 %

10 %

Moramanga

80 %

20 %

0 %

0 %

Ensemble de la région

54,0 %

17,6 %

17,6 %

10,8 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Répartition des Communes selon la distance pour la majorité de la population du Lycée le plus proche

Pour la Région Alaotra Mangoro, une minorité de 2,5 % des communes ont des lycées joignables à moins de 1km pour la majorité des élèves. La plus grande majorité des communes, soit 96,3 %, sont donc loin de plus de 11 km du lycée le plus proche. Pour une faible proportion des communes (1,2 %) la distance à parcourir par la majorité des élèves pour aller à un lycée le plus proche est de 1 à 5 km. Les districts d’Amparafaravola et d’Anosibe An’Ala ne disposent d’aucun lycée situé à moins de 11km de leur chef-lieu.

En général, le lycée le plus proche pour la majorité des élèves dans les districts d’Ambatondrazaka, Amparafaravola et Moramanga se trouve dans leur commune d’origine, contrairement à ceux dans les districts d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala. Le lycée le plus proche est public.

Tableau 54. Répartition des communes par District selon la distance pour la majorité de la population du lycée (public, privé ou confessionnel) le plus proche

Unité :  %

District

Moins de 1 km

1 à 5 km

6 à 10 km

11 km et plus

Ambatondrazaka

0 %

5 %

0 %

95 %

Amparafaravola

0 %

0 %

0 %

100 %

Andilamena

12,5 %

0 %

0 %

87,5 %

Anosibe An’Ala

0 %

0 %

0 %

100 %

Moramanga

4,8 %

0 %

0 %

95,2 %

Ensemble de la région

2,5 %

1,2 %

0 %

96,3 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Personnel Enseignant

L’acteur le plus important dans l’éducation est l’enseignant. La suffisance en nombre du personnel
enseignant influe beaucoup sur la qualité des résultats scolaires. La présente section sera axée sur :

  • l’effectif des enseignants des EPP par district dans la région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008 ;
  • l’effectif des enseignants des écoles primaires privées par district dans la région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008 ;
  • l’effectif des enseignants dans les CEG, par district ;
  • l’effectif des enseignants des collèges privés par district dans la Région Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008 ;
  • l’effectif des enseignants dans les lycées publics et privés par district dans la Région Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Effectifs des enseignants des EPP par district dans la région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Durant l’année scolaire 2007-2008, les enseignants des EPP dans la région d’Alaotra Mangoro sont au nombre total de 3 932, représentant 6,5 % de l’ensemble des enseignants d’EPP de tout Madagascar, et dont 50,1 % sont dits « Enseignants FRAM ».

Les enseignants FRAM sont ceux payés par les parents d’élèves. Cette proportion d’enseignants FRAM est à peu près la même pour tous les districts, sauf pour Ambatondrazaka où elle représente la valeur minimale de toute la région (44 %), et pour Moramanga où elle atteint jusqu’à 57,1 %. Concernant le nombre total d’enseignants d’EPP, les districts d’Ambatondrazaka, d’Amparafaravola et de Moramanga sont les plus favorisés. A eux seuls, ils enregistrent plus de 80 % de tous les enseignants d’EPP de la région. Les districts d’Andilamena et d’Anosibe An’Ala n’en disposent que de moins de 20 %.

Tableau 55. Effectifs des enseignants des EPP par district dans la Région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Unité : effectif et %

District

Total des Enseignants (2007-2008)

Enseignants FRAM (2007-2008)

Pourcentage ( %)
d`enseignants FRAM

Ambatondrazaka

1 170

517

44,2

Amparafaravola

1 005

514

51,1

Andilamena

387

221

57,1

Anosibe An’Ala

412

203

49,3

Moramanga

958

515

53,8

Ensemble de la région

3 932

1 970

50,1

Par rapport au niveau national

6,5 %

5,9 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Effectifs des Enseignants des écoles primaires privées par district dans la région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Les enseignants des écoles primaires privées dans la Région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008, sont au total au nombre de 819, ce qui représentent 3,9 % des enseignants des écoles primaires privées dans tout Madagascar. Amparafaravola recense le plus grand nombre d’enseignants d’écoles primaires privées, avec une proportion de 37 % environ, suivi d’Ambatondrazaka où cet indicateur est de plus de 36 %.

Tableau 56. Effectifs des enseignants des écoles primaires privées par district dans la Région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Unité : effectif

District

Nombre d’enseignants durant l’année scolaire 2007-2008

Ambatondrazaka

297

Amparafaravola

303

Andilamena

38

Anosibe An’Ala

5

Moramanga

176

Ensemble de la région

819

Par rapport au niveau national

3,9 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Effectifs des Enseignants des Collèges d’Enseignement Général par district dans la région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Un nombre total de 1 089 enseignants de CEG, soit 8,1 % du nombre d’enseignants de CEG de toute l’Ile, exerce à Alaotra Mangoro. Environ 33,1 % d’entre eux sont des enseignants FRAM. Ces derniers sont beaucoup plus présents à Anosibe An’Ala avec une proportion de 47,4 %, alors qu’à Moramanga, ils ne représentent que 21,4 % de l’ensemble des enseignants de CEG de toute la Région. Comme pour les EPP, les districts d’Ambatondrazaka, d’Amparafaravola et de Moramanga sont les plus favorisés en ce qui concerne le nombre d’enseignants de CEG. Les GEG de ces districts font travailler plus de 83,5 % de tous les enseignants de CEG de la Région. A Anosibe An’Ala, on n’y recense que 7,2 % de ce personnel.

Tableau 57. Effectif des enseignants dans les CEG, par district dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif et  %

District

Total des Enseignants

(2007-2008)

Enseignants FRAM

(2007-2008)

Pourcentage ( %)
Enseignants FRAM

Ambatondrazaka

347

107

30,8

Amparafaravola

314

126

40,1

Andilamena

102

37

36,3

Anosibe An’Ala

78

37

47,4

Moramanga

248

53

21,4

Ensemble de la région

1 089

360

33,1

Par rapport au niveau national

8,1 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Effectif des Enseignants des collèges privés par district dans la région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Durant l’année scolaire 2007-2008, le nombre d’enseignants des collèges privés dans la Région Alaotra Mangoro est de 417, soit 1,8 % de celui de Madagascar. La plus grande proportion selon les districts se trouve à Ambatondrazaka avec un nombre de 182, soit 43,6 %. Ambatondrazaka, Amparafaravola et Moramanga enregistrent à eux seuls près de 95 % de l’ensemble des enseignants des collèges privés de la région. Anosibe An’Ala, avec ces 6 enseignants n’accueille que 1,4  % de ce personnel du niveau de la région.

Tableau 58. Effectifs des enseignants des collèges privés par district dans la Région Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Unité : effectif

District

Nombre total d’enseignants
(2007-2008)

Ambatondrazaka

138

Amparafaravola

182

Andilamena

15

Anosibe An’Ala

6

Moramanga

76

Ensemble de la région

417

Par rapport au niveau national

1,8 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009 Par rapport au niveau national 1,8 %

Effectif des Enseignants des Lycées Publics et Privés par district dans la région d’Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Durant l’année scolaire 2007-2008, la Région d’Alaotra Mangoro a compté 183 enseignants de lycées publics, soit 4 % des enseignants de lycées publics de tout Madagascar. On y a également recensé 125 enseignants de lycées privés représentant 3 % de ceux de toute l’Ile.

Par ailleurs, les enseignants des lycées techniques publics et privés sont au nombre de 80 pour toute la Région Alaotra Mangoro. La majorité ces enseignants travaillent à Moramanga (57,5 %). Les lycées techniques publics sont les plus favorisés en termes d’enseignants, étant donné que qu’ils emploient 82,5 % d’entre eux.

Le district d’Ambatondrazaka dispose de 187 enseignants de lycées tous confondus, soit 47,8 % de ceux de la région. Le second district le plus nanti en nombre d’enseignants de lycées tous confondus est Moramanga. L’on y recense 98 du personnel, représentant 25,1 % du niveau Régional, et présents à des proportions différentes dans les 4 types de lycées. A Anosibe An’Ala, les 13 enseignants de lycées appartiennent tous au secteur public.

Tableau 59. Effectifs des enseignants des collèges privés par District dans la Région Alaotra Mangoro durant l’année scolaire 2007-2008

Unité : effectif

Lycée public

Lycée privé

Lycée technique public

Lycée technique privé

Ambatondrazaka

80

73

34

0

Amparafaravola

34

27

0

0

Andilamena

22

7

0

0

Anosibe An’Ala

13

0

0

0

Moramanga

34

18

32

14

Ensemble de la région

183

125

66

14

Au niveau national

4,0 %

3,0 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Effectif des élèves et performance scolaire  

Les chiffres et indicateurs concernant la fréquentation désétablissements scolaires par les élèves traduisent la situation du secteur social en général, et de l’éducation en particulier. La présente qui traite de l’effectif des élèves sera subdivisée en 3 sous sections. Il s’agit de :

  • la situation dans l’enseignement primaire ;
  • la situation dans l’enseignement secondaire de 1er cycle ;
  • la situation dans l’enseignement secondaire du second cycle.
  • Situation dans l’Enseignement du Premier Cycle

Selon l’Enquête Périodique auprès des Ménages 2010 (EPM 2010), le taux brut de scolarisation (TBS) du niveau primaire dans la Région Alaotra Mangoro est de 125 % si pour Madagascar il est de 118 %.Il est à rappeler que le taux brut de scolarisation est le rapport entre l’effectif total des élèves scolarisés dans les écoles primaires (publiques et privées) et l’effectif total de la population entre 6 ans et 10 ans. Le TBS supérieur à 100 % signifie l’entrée probablement tardive des élèves, occasionnées par la politique nationale de l’éducation pour tous et toutes les activités y afférentes.

  • Ecoles Primaires publiques

Le nombre d’élèves inscrits en 2007-2008 dans la Région Alaotra Mangoro est de 180 508, constituant 5,3 % du nombre total d’élèves inscrits au niveau national. Pendant la même période, le pourcentage des redoublants est de 21,9 %.

La région de Moramanga a enregistré le plus grand nombre d’élèves inscrits dans la région : 49.621 représentant 27,5 % du nombre des inscrits au niveau national. La proportion des redoublants en 2007-2008 y est de 18,2 %. Dans le district d’Ambatondrazaka, le nombre d’inscrits en 2007-2008 est de 48051, c’est-à-dire, 26,6 % des inscriptions au niveau national. Le pourcentage des redoublants dans ce district est de 28,5 %. Pour le district d’Andilamena où le plus petit nombre d’inscrits en 2007-2008 est enregistré, le taux de redoublement est parmi les plus importants de la région. Le taux de redoublement dans le district d’Amparafaravola de 13,9 % représente le minimum à Alaotra Mangoro en 2007-2008.

Concernant les performances, le nombre total d’élèves candidats au CEPE est de 19317 en 2008. Ce chiffre représente 5,4 % de celui de l’ensemble du pays en la même période. Parmi ces candidats, une proportion de 75,7 % a réussi. On peut dire que la performance scolaire à Amparafaravola est relativement meilleure par rapport à celles de l’ensemble de tous les districts de la région avec un taux de réussite au CEPE de 86,8 % en 2008. Quant à Anosibe An’Ala, la performance scolaire est la plus faible dans la mesure où le taux de réussite au CEPE y est de 49,8 %.

Tableau 60. Tableau synthétique des élèves dans les EPP par district dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif

District

Elèves inscrits

(2007-2008)

Pourcentage (%) des redoublants (2007-2008)

Candidats au CEPE en 2008

Taux (%) de réussite au CEPE en 2008

Ambatondrazaka

48 051

28,5

6 036

74,3

Amparafaravola

45 116

13,9

4 974

86,8

Andilamena

17 215

27,7

1 474

81,5

Anosibe An’Ala

20 505

28,6

1 602

49,8

Moramanga

49 621

18,2

5 231

73,2

Ensemble région

180 508

21,9

19 317

75,7

Niveau National

5,3%

5,4%

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Ecoles Primaires Privées

En 2007-2008, le nombre total d’élèves des écoles primaires privées inscrits dans la Région d’Alaotra Mangoro est de 25 214. Ces inscriptions représentent 2,8 % de celles au niveau national pendant la même période. Une proportion de 7, 3 % des élèves ainsi inscrits ont redoublé la classe en cette période.

Selon les districts, c’est à Amparafaravola qu’il y a eu le plus grand nombre d’élèves inscrits dans les écoles primaires privées en 2007-2008. Par contre, le taux de redoublement y est relativement faible avec une valeur de 4,3 %. Si le nombre d’élèves inscrits dans les écoles primaires privées en 2007-2008 est de 5 957 à Moramanga, soit 23,6 % de ceux inscrits dans toute la Région, le taux de redoublement y représente le maximum pour toute la Région avec une valeur de 12,8 %.

Pour ce qui est de la performance scolaire en 2007-2008 dans les écoles primaires privées, 88,1 % des candidats au CEPE ont réussi à cet examen dans la Région Alaotra Mangoro. Presque tous les districts ont enregistré des taux de réussite au CEPE supérieur à celui du niveau Régional, sauf Amparafaravola où 85,5 % des candidats ont réussi. Un taux de 100 % est même obtenu à Anosibe An’Ala avec ses 29 candidats.

Tableau 61. Tableau synthétique des élèves dans les écoles primaires privées par district dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif

District

Elèves inscrits (2007-2008)

Pourcentage( %) redoublants

Candidats au CEPE en 2008

(2007-2008)

Taux ( %) de réussite au CEPE en 2008

Ambatondrazaka

8 197

7,6

1 427

87,7

Amparafaravola

9 124

4,3

1 108

85,5

Andilamena

1 664

3,1

118

95,8

Anosibe An’Ala

272

8,1

29

 100,0

Moramanga

5 957

12,8

826

90,9

Ensemble de la région

25 214

7,3

3 508

88,1

Niveau National

2,8 %

3,9 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Situation dans l’Enseignement Secondaire du Premier Cycle

Collège d’Enseignement Public

Le nombre total des inscrits en 2007-2008 dans les CEG d’Alaotra Mangoro est de 30 524, soit 6,5 % du nombre d’inscrits dans les mêmes types d’établissement et pendant la même période dans tout
Madagascar. Parmi ces inscrits, 10,7 % ont redoublé en la même année scolaire.
Le redoublement dans le district d’Ambatondrazaka est le moins important dans la région avec un taux de 9, 6 %, donc inférieur à celui de tout le pays, alors que l’inscription y est le plus important avec un nombre d’inscrits de 9 201. Contrairement à cette situation, le nombre d’inscrits à Anosibe An’Ala n’est que de 1845, alors que le taux de redoublement est de 11,7 %.
Concernant la performance scolaire au niveau des CEG, 43,1 % des 4513 élèves candidats au BEPC en 2008 dans la Région Alaotra Mangoro ont réussi. Le maximum de taux de réussite a été constaté au niveau du district d’Andilamena avec 59,8 % des 617 candidats. Par ailleurs, même si le nombre de candidats est le plus grand à Amparafaravola, le taux de réussite y est relativement faible : 39,1 %, valeur inférieure à celui de l’ensemble de la région. On peut dire qu’à Anosibe An’Ala la performance scolaire des élèves des CEG est la plus faible dans la mesure où, non seulement les candidats au BEPC y sont les moins nombreux, mais également, le taux de réussite y est le plus faible (18,9 % des 227 candidats).

Tableau 62. Tableau synthétique des élèves dans les CEG par district .

Unité : effectif

District

Inscrits 6e (2008-2009)

Inscrits

(2007-2008)

Pourcentage( %) redoublants (2007-2008)

Candidats au BEPC 2008

Taux( %) de réussite au BEPC 2008

Ambatondrazaka

3 561

9 201

9,6

1 124

49,6

Amparafaravola

1 651

9 078

10,3

1 444

39,1

Andilamena

799

2 846

11,1

617

59,8

Anosibe An’Ala

676

1 845

11,7

227

18,9

Moramanga

0

7 554

11,9

1 101

37,2

Ensemble de la région

6 687

30 524

10,7

4 513

43,1

Niveau National

6,5 %

5,8 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Collèges Privés

Les inscriptions en classe de 6e dans les Collèges Privés durant l’année scolaire 2008-2009 dans la Région Alaotra Mangoro et de 2 882, soit 2,8 % de celles du niveau national. Ambatondrazaka a enregistré le maximum d’inscriptions avec une proportion de 45, 6 % des inscriptions en classe de 6ème effectuées dans les collèges privés de la Région en 2008-2009. A Anosibe An’Ala, 71 élèves seulement ont été inscrits selon les mêmes conditions.

Pour le taux de réussite au BEPC, il est de 43,1 % sur les 2640 candidats des collèges privés de toute la région en 2008 -2009. Le taux maximum de réussite à cet examen pour les élèves de la 3e des Collèges privés a été atteint par le district de Moramanga, avec une valeur de 50,7 %. Le taux minimum de réussite a été observé à Andilamena : 32,2 % des 146 candidats. Le district d’Anosibe An’Ala n’a présenté aucun candidat issu des collèges privés au BEPC.

Tableau 63. Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les Collèges privés par district dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif

District

Inscrits en 6e durant l’année scolaire 08-09

Candidats au BEPC 2008

Taux ( %) de réussite au BEPC 2008

Ambatondrazaka

1 313

1 227

42,8

Amparafaravola

577

578

37,4

Andilamena

119

146

32,2

Anosibe An’Ala

71

0

Moramanga

802

689

50,7

Ensemble de la région

2 882

2 640

43,1

Niveau National

2,8 %

4,6 %

 Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

  • Situation dans l’Enseignement Secondaire du Second Cycle

Les élèves de l’enseignement secondaire du second cycle sont ceux de la classe de seconde à celle de terminale. Les catégories à analyser dans cette sous-section sont :

  • les lycées d’enseignement général publics ;
  • les lycées d’enseignement général privés ;
  • les lycées d’enseignement techniques publics ;
  • et les lycées d’enseignement techniques privés.

 

Lycées d’enseignement général publics

En 2007-2008, dans la région d’Alaotra Mangoro, on a recensé, dans les lycées publics d’enseignement général, 3 693 élèves, constituant 0,6 % des inscriptions de la même catégorie d’élèves pendant la même année scolaire. Parmi ces élèves inscrits, 13,6 % ont redoublé leur classe. Le taux de redoublement maximum enregistré est celui du district d’Amparafaravola, suivi de celui d’Anosibe An’Ala avec des valeurs respectives de 23, 6 % et 19,6 %, dépassant toutes de loin la valeur du taux de redoublement des élèves des lycées publics d’enseignement général au niveau national. Le plus bas taux de redoublement des élèves des lycées publics d’enseignement général en 2007-2008 est celui du district d’Ambatondrazaka avec une valeur de 10,1 %.

Concernant les performances scolaires, le taux de réussite au baccalauréat en 2008 pour élèves des lycées publics d’enseignement général est de 44,6 % pour la Région Alaotra Mangoro. Bien que le nombre de candidats du district d’Anosibe An’Ala représente le minimum pour la région, soit 42, le taux de réussite au baccalauréat y est de 66,7 %, dépassant ainsi largement celui de la région. Par contre, dans le district d’Ambatondrazaka, le nombre de 559 candidats représente le maximum dans la région selon les districts. Cependant, le taux de réussite au baccalauréat de 40,8 % dans le dit district
représente la valeur minimale enregistrée au niveau régional après de celle d’Andilamena.

Tableau 64. Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les lycées publics d’enseignement général par district dans la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif

District

Inscrits en 2nde

(2008-2009)

Inscrits au lycée

(2007-2008)

Pourcentage redoublants (2007-2008)

Candidats BACC 2008

Taux de réussite au BACC 2008

Ambatondrazaka

654

1 814

10,1

559

40,8

Amparafaravola

299

495

23,6

133

48,9

Andilamena

262

564

13,3

148

26,4

Anosibe An’Ala

136

153

19,6

42

66,7

Moramanga

329

667

14,4

284

56,3

Ensemble région

1 680

3 693

13,6

1 166

44,6

Niveau national

0,8 %

0,6 %

1,5 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Lycées d’enseignement général privés

Dans la Région Alaotra Mangoro, 2 284 élèves se sont inscrits en 2nde dans les lycées privés d’enseignement général, en 2008-2009. La moitié de ces élèves sont inscrits dans les lycées privés d’enseignement général d’Ambatondrazaka. Evidemment, aucuns ne sont inscrits à Anosibe An’Ala vu que ce dernier ne dispose d’aucun lycée, de quelque type que ce soit.

Afin toujours de pouvoir faire des analyses, les chiffres de l’année scolaire 2007-2008 seront pris en compte. En cette période donc, 3 598 élèves sont inscrits dans les lycées privés d’enseignement général. C’est une valeur qui correspond à 5 % des inscriptions dans les lycées privés d’enseignement général au niveau national. La plus grande affluence dans ce genre d’établissement est observée dans le district d’Ambatondrazaka où les inscriptions y ont atteint presque 60 % des inscriptions de l’ensemble de la Région.

Le taux de redoublement est moindre dans les lycées privés d’enseignement général par rapport à celui des lycées publics d’enseignement général, en 2007-2008. Ainsi si ce taux est de 13,6 % pour les lycées publics, il est seulement de 3,3 % pour les lycées privés. Cependant à Amparafaravola, le taux de redoublement dans les lycées privés d’enseignement général est presque triplé par rapport à celui de l’ensemble de la région.

Pour ce qui est du taux de réussite au BACC en 2008 dans les lycées privés d’enseignement général, il a pour valeur 39,2 % sur les 1 328 candidats de la région. Ambatondrazaka a présenté le plus grand nombre de candidats issus des lycées privés d’enseignement général au baccalauréat en 2008. Parmi les 833 candidats inscrits dans ce district, un pourcentage de 43,7 % a décroché le diplôme de baccalauréat. Pour les districts d’Amparafaravola et de Moramanga, ces taux sont respectivement de 29,6 % et 32,4 %.

Tableau 65. Effectif des élèves dans les lycées privés d’enseignement général de la Région Alaotra Mangoro

Unité : effectif

District

Inscrits en 2nde (2008-2009)

Inscrits lycée

(2007-2008)

Pourcentage redoublants (2007-2008)

Candidats au BACC 2008

Taux de réussite BACC 2008

Ambatondrazaka

1 142

2 136

1,5

833

43,7

Amparafaravola

514

626

10,2

125

29,6

Andilamena

28

28

0,0

0

Anosibe An’Ala

0

0

0

Moramanga

600

808

2,6

370

32,4

Ensemble de la région

2 284

3 598

3,3

1 328

39,2

Niveau national

7,4 %

5,0 %

6,3 %

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Lycées d’enseignement techniques publics

Le nombre total, pour la région, des élèves inscrits en 2nde dans les lycées techniques publics est de 233 en 2008 – 2009. Ils ont tous intégré les Lycées techniques publics d’Ambatondrazaka et de Moramanga. Ainsi, les inscriptions qui sont au nombre de 648 en 2007 – 2008, sont toutes effectuées à Ambatondrazaka et à Moramanga où ce type d’établissement scolaire est disponible.
Le taux de redoublement dans les lycées techniques publics en 2007-2008 est en moyenne de 16,2 % pour la région. Le taux de réussite au baccalauréat en la même période pour le même type d’établissement est de 33,2 %, le district de Moramanga ayant enregistré le taux maximum de 38,1 %.

Tableau 66. Effectif des élèves dans les lycées techniques publics de la Région Alaotra Mangoro Unité : effectif

Unité : effectif

District

Inscrits en 2nde (2008-2009)

Inscrits lycée (2007-2008)

Pourcentage redoublants (2007-2008)

Candidats au BACC 2008

Taux de réussite BACC 2008

Ambatondrazaka

113

317

18,3

122

27,9

Moramanga

120

331

14,2

134

38,1

Ensemble de la région

233

648

16,2

256

33,2

Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

Lycées techniques privés

Le seul district qui dispose de lycées techniques privés de la Région Alaotra Mangoro est Moramanga. Les chiffres qui y sont enregistrés sont donc pour la région.
Les inscriptions en 2nde en 2008-2009 sont au nombre de 30 dans les Lycées techniques privés de la région, lesquels sont tous implantés à Moramanga. Le nombre d’élèves inscrits dans ces établissements en 2007-2008 est de 131 dont 17,5 % ont redoublé. Sur les 46 candidats des Lycées techniques privés au bac en 2008, 15,2 % ont décroché leur diplôme.